Genève devrait accueillir une réunion sur l'Ukraine jeudi prochain

Une réunion aura lieu jeudi prochain à Genève pour tenter de trouver une issue à la crise ukrainienne, ont indiqué deux diplomates européens. La Russie, les Etats-Unis, l'Ukraine et l'UE doivent y prendre part.

La haute représentante de la diplomatie de l'UE, Catherine Ashton, informera lundi les ministres des Affaires étrangères des Vingt-Huit lors d'une réunion à Bruxelles. Mercredi, une source diplomatique avait déjà évoqué une telle réunion mercredi ou jeudi prochains à Vienne ou Genève.

Moscou avait souhaité que les pro-russes y soient représentés. Si Vladimir Poutine a espéré que ces discussions aient une "issue positive", Washington a d'emblée placé la barre assez bas. "Nous n'avons pas d'attentes fortes (...), mais nous pensons qu'il est très important de laisser ouverte cette porte diplomatique", a ainsi déclaré la secrétaire d'Etat adjointe pour l'Europe, Victoria Nuland.

Inquiétude de Tim Guldimann

Pendant ce temps, à Vienne, l'envoyé spécial de l'OSCE en Ukraine Tim Guldimann s'inquiète d'un possible usage de la force par d'autres acteurs que l'Etat ukrainien dans l'Est du pays. Le diplomate suisse se préoccupe aussi de la participation des Criméens à la présidentielle du 25 mai, a-t-il dit à Vienne devant le conseil permanent de l'organisation.

Lors de la même réunion, le chef ad intérim de la mission d'observation de l'OSCE sur place, Adam Kobieracki, a recommandé de la renforcer via 100 experts supplémentaires. Elle totalise pour l'heure 121 personnes, dont 85 observateurs, a-t-il précisé, cité sur le fil Twitter de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), présidée actuellement par la Suisse.

Amnistie proposée

Après la sécession de la Crimée, désormais rattachée à la Russie, l'Ukraine est désormais confrontée à une menace de sécession de zones russophones frontalières de la Russie. Des séparatistes prorusses occupaient toujours jeudi des bâtiments administratifs à Donetsk et Lougansk, deux villes de l'est russophone du pays.

Le président ukrainien par intérim Olexander Tourtchinov a promis qu'ils bénéficieraient d'une amnistie s'ils "déposent les armes" et évacuent les bâtiments. Il s'est dit prêt à "signer un décret présidentiel" en ce sens.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes