Géraldine Savary défend les producteurs du terroir

Géraldine Savary, présidente de l'Association suisse des AOP-IGP, regrette le discrédit jeté sur les filières locales de production alimentaire suite aux récentes affaires de coupage de vins. Dans une interview au "Matin Dimanche", la conseillère aux Etats vaudoise défend la qualité des produits du terroir affiliés à ces appellations.

Depuis que les médias ont relaté une série d'affaires de coupage de vins illicites, certains spécialistes et défenseurs des consommateurs "jettent le doute sur l'authenticité de toutes les filières locales de la production alimentaire", déplore Mme Savary. "C'est aller vite en besogne. Nous ne pouvons jeter aussi facilement le discrédit sur toutes les appellations", souligne-t-elle.

"Les AOP (appellations d'origine protégée) et IGP (indications géographiques protégées) jouent le jeu", poursuit Géraldine Savary, affirmant que la transparence est dans ce cas "déjà totale". Elle rappelle entre autres que ces labels obéissent à un cahier des charges "précis" disponible sur le site de la Confédération et que chaque entreprise est contrôlée par un organisme indépendant.

"C'est donc la croix et la bannière pour être reconnu comme producteur AOP et IGP", selon la conseillère aux Etats. Mme Savary assure également que le label AOC (appellation d'origine contrôlée), encore valable pour les vins, "mène le même combat" que les autres appellations reconnues par la Confédération.

La Suisse compte actuellement 20 AOP, dont la damassine jurassienne, le pain de seigle valaisan, ou le Gruyère, et 10 IGP, dont la longeole genevoise, la saucisse aux choux vaudoise ou le saucisson neuchâtelois.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes