Guerre des langues: Fribourg prône la concorde nationale

Le débat sur les langues nationales s'est invité vendredi au Grand Conseil fribourgeois. Les députés ont exprimé leur inquiétude au sujet de la compréhension entre les régions linguistiques. Ils ont voté à l'unanimité une résolution "Pour une cohésion nationale".

"Il est alarmant que certains cantons alémaniques mettent en péril cette solidarité en rétrogradant la langue française", déplorent ses auteurs Albert Lambelet (PDC) et Andrea Burgener Woeffray (PS). Et de citer les volontés de supprimer l'apprentissage du français à l'école primaire dans les cantons de Thurgovie, Nidwald et Lucerne.

Le Conseil d'Etat devra inviter le Conseil fédéral à engager plus de moyens dans la promotion des échanges culturels, et à veiller au bon apprentissage d'une deuxième langue nationale à l'école primaire. Et il demandera à la Conférence des directeurs cantonaux de l'instruction publique de combler les lacunes dans l'enseignement de ces langues.

Partenaire privilégié

Fribourg, à cheval entre la Suisse alémanique et la Suisse romande, a toujours beaucoup investi dans ce domaine et juge judicieux qu'un cadre uniforme s'applique à l'échelle du pays. Le Grand Conseil fribourgeois se propose comme partenaire au dialogue, et s'adressera en ce sens aux différents parlements cantonaux.

/ATS


Actualisé le