L'UDC Valais romand veut scinder son groupe en deux: irrecevable

Le bureau du Grand Conseil valaisan a déclaré mardi "irrecevable" la demande de l'UDC du Valais romand (UDCVR) de scinder en deux son groupe parlementaire dès la session de septembre prochain. Le règlement ne le permet pas, a-t-il indiqué dans un communiqué. L'UDC ne veut pas en rester là.

L'UDCVR avait annoncé début juin avoir constitué deux groupes au Grand Conseil: l'UDC du Bas-Valais et l'UDC du Valais central. Avec quatre représentants au total au sein du bureau du parlement, le parti espérait ainsi dès septembre augmenter son poids ainsi que celui des partis minoritaires - 2 membres au bureau - face aux six représentants du PDC.

La manoeuvre de l'UDCVR se voulait aussi une "réponse politique" à un vote du parlement qui lui est resté en travers de la gorge: l'élection en mai dernier d'un autre député UDC que celui officiellement présenté par le parti pour la deuxième vice-présidence du Grand Conseil.

La manoeuvre de l'UDCVR a toutefois échoué. La majorité du bureau du parlement a décidé qu'il n'est pas possible de constituer un nouveau groupe en cours de législature, en vertu d'un article du règlement du Grand Conseil. Celui-ci stipule que: "Au plus tard le jour de la réunion de la commission de validation, chaque groupe informe le service parlementaire de sa constitution...".

L'UDC n'en démord pas

Le groupe UDCVR n'accepte cependant pas cet argumentaire: il demande au bureau du Grand Conseil de revoir sa décision et de saisir la Commission de justice, afin que cette dernière demande au plénum de se prononcer fort de son préavis. Sans quoi l'UDCVR interviendra à la session de septembre pour demander un vote du plénum.

L'UDCVR reproche au bureau du Grand Conseil, où le PDC est majoritaire, de ne se baser que sur une partie du règlement, discutable. Selon l'UDCVR, le bureau passe en revanche comme chat sur braise sur une autre disposition prévoyant une telle possibilité de scission du groupe en cours de législature, en en référant à la Commission de justice, qui n'a en l'occurrence même pas été consultée, reproche l'UDCVR.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes