Adolf Ogi: l'UDC coresponsable en cas de "oui" à Ecopop

L'initiative Ecopop fait beaucoup parler d'elle dans les rangs de l'UDC. Le parti aurait sa part de responsabilité en cas de "oui" du peuple, assure l'ancien conseiller fédéral UDC Adolf Ogi. Pas du tout, contre le conseiller fédéral UDC Ueli Maurer.

"Le parti, y compris Ueli Maurer, a joué avec le feu en ne cessant de se révolter contre le Conseil fédéral et l'establishment", martèle Adolf Ogi dans une interview à la "Schweiz am Sonntag", pointant la direction de l'UDC et Christoph Blocher.

A présent, on a perdu le contrôle: "M. Blocher a tout l'air d'un cocher qui ne peut plus maîtriser ses chevaux", soit la base du parti et les sections cantonales, poursuit le Bernois.

M. Ogi s'appuie sur un sondage réalisé par l'institut gfs.bern sur mandat de la SSR et publié vendredi. D'après cette enquête, 58% des citoyens disent refuser le texte de l'association Ecologie et population (Ecopop). Ceux qui y sont favorables (35% des sondés) sont notamment issus des rangs de l'UDC, bien que le parti suisse ait rejeté l'initiative.

D'après Adolf Ogi, le président du parti Toni Brunner est "un bon communicateur", mais "il n'arrive visiblement pas à se faire entendre par la base dans le dossier Ecopop".

Un oui "dangereux"

Ueli Maurer a un tout autre avis sur la question: "C'est bien trop simple de rendre l'UDC responsable", contre-t-il dans une interview au "SonntagsBlick". L'influence des partis est surestimée.

La tentation de voter oui à l'initiative Ecopop avec sa limite rigide de l'immigration tient davantage au fait que "les problèmes liés à la migration ont été ignorés durant des années", analyse M. Maurer. Beaucoup de gens pensent devoir voter oui, "sans cela, il ne se passera rien pour résoudre les problèmes de l'immigration".

Bien qu'il comprenne ces gens, Ueli Maurer avertit: "Ecopop est la mauvaise réponse". "Les conséquences pour l'économie seraient graves: un oui serait dangereux!". L'initiative veut limiter l'augmentation de la population suisse de 0,2% sur une moyenne de trois ans.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus