L'USS veut lancer des actions pour les femmes et les CCT

Après la débâcle de l'initiative sur le salaire minimum, rejetée dimanche dernier par 76,3 % l'Union syndicale suisse (USS) remet l'ouvrage sur le métier. Lors de son assemblée des délégués vendredi à Berne, l'USS a adopté plusieurs résolutions notamment en faveur de l'égalité salariale et contre le travail précaire.

Les syndicats déplorent le rejet massif de leur initiative tout en rappelant que cette campagne a quand même amélioré la situation dans de nombreuses entreprises. "La limite des 4000 francs est entrée dans les têtes", indique la faîtière dans son communiqué. Le problème des bas salaires attend toujours une solution et l'USS évoque également encore trop de dumping salarial.

Elle va recentrer son action sur deux objectifs: stopper la discrimination salariale dont sont victimes les femmes et étendre à 60 % le taux de couverture des CCT.

Inégalités croissantes

Vingt ans après l'introduction de la loi sur l'égalité entre femmes et hommes, les inégalités de salaires persistent: selon la dernière enquête, les écarts se sont même creusés passant de 18,4 % à 18,9 %. L'expérience montre qu'il est impossible de passer par des mesures librement décidées, selon les syndicats.

L'USS demande de serrer la vis. Elle plaide pour des contrôles sur l'ensemble du territoire organisés par une autorité nationale tripartite disposant d'assez de personnels. Un système d'amende devra être établi.

Multiplier les CCT

Sur le front des CCT, les syndicats veulent prendre les patrons au mot. Durant toute la campagne sur le salaire minimum, ils ont vanté les mérites des conventions collectives de travail. Les syndicats veulent faire passer le taux de couverture des travailleurs par des CCT de 50 à 60 %.

Ils continueront de dénoncer tous les cas de dumping. Une mission qui devrait s'annoncer d'autant plus utile après l'acceptation le 9 février de l'initiative de l'UDC contre l'immigration de masse. La situation des salariés suisses sera menacée si les étrangers sont à l'avenir moins bien traités.

Contre le texte d'ECOPOP

Des propositions circulent déjà pour favoriser les autorisations précaires pour séjour de courte durée. Selon les syndicats, il faut au contraire davantage de protection. La Confédération doit aller vers plus de mesures d'accompagnement.

Dans ce même esprit, l'USS combattra l'initiative d'ECOPOP qui vise à limiter la croissance de la population due à l'immigration à 0,2%. Avec elle, davantage d'emplois précaires interviendront parce que les employeurs se rabattront sur les résidents de courte durée. Le risque de délocalisation à l'étranger sera également élevé.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus