Suspension pour Geri Müller, mais pas de poursuites pénales

L'exécutif de Baden (AG) a décidé lundi de suspendre provisoirement de ses fonctions municipales le maire de la ville Geri Müller, en raison des selfies qu'il a pris, nu, de son bureau durant ses heures de travail. L'affaire ne devrait en revanche pas avoir de suites pénales.

Le ministère public argovien a en effet renoncé à ouvrir une procédure pour abus de pouvoir à l'encontre du conseiller national écologiste, a déclaré lundi soir le procureur Daniel von Däniken aux médias électroniques.

Selon lui, il n'y aurait eu abus de pouvoir que si Geri Müller avait activement mobilisé la police municipale pour l'utiliser à ses propres fins. Le ministère public n'a toutefois aucun indice que cela a été le cas, a ajouté M. von Däniken.

La police de Baden a interpellé jeudi la jeune femme à qui Geri Müller avait envoyé des photos de lui nu, ce qui avait alimenté les soupçons d'abus de pouvoir. Le téléphone portable de la jeune femme a ensuite été saisi par la police bernoise.

Menaces de suicide

La "Schweiz am Sonntag" a révélé ces faits dimanche. Tout en regrettant que cette affaire devienne publique, Geri Müller a indiqué dimanche qu'il avait lui-même demandé l'intervention de la police, car la jeune femme menaçait de se suicider. Elle a de son côté expliqué au journal alémanique que Geri Müller l'avait mise sous pression pour qu'elle efface les selfies.

Suite à ces révélations, l'exécutif de Baden s'est réuni dimanche soir et a décidé de suspendre le maire. Il veut donner à Geri Müller le temps de clarifier sa situation. Le maire bénéficie de la présomption d'innocence, rappelle l'exécutif lundi dans un communiqué.

Explications attendues

Les dossiers traités par Geri Müller sont désormais de la compétence du vice-maire Markus Schneider. L'exécutif n'a pas fixé de limite à la durée de la suspension du maire. La balle est maintenant dans le camp de Geri Müller, en tant que personne privée, estime M. Schneider.

Les Verts suisses attendent de leur conseiller national des explications sur cette affaire. L'Argovien devra décider de son avenir politique avec les sections cantonale et communale du parti, ont indiqué les Verts suisses lundi dans un communiqué.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes