La Ville de Berne veut évacuer un campement de protestation

Des gens du voyage ont installé un campement de protestation à Berne afin de dénoncer le manque d'aires d'accueil mises à leur disposition en Suisse. La ville de Berne souhaite évacuer ce campement, car cet emplacement est nécessaire pour la foire de printemps BEA qui démarre dans deux jours.

Malgré les menaces d'évacuation, le groupe ne veut pas quitter les lieux, a indiqué un porte-parole mercredi en fin d'après-midi. Selon les observations d'une correspondante de l'ats, les gens du voyage semblent être confiants que la police n'évacuera pas le campement. S'il devait pleuvoir, la ville ne pourrait pas non plus utiliser cet emplacement, argumentent-ils.

Auparavant, plusieurs heures de négociations ont été menées entre le groupe, des représentants des autorités et la police. Le directeur municipal de la sécurité Reto Nause s'est rendu sur les lieux dans l'après-midi et a rencontré les nomades. Il a clairement expliqué que la ville allait procéder à l'évacuation. Celle-ci est nécessaire, car cette aire doit servir de parking dès vendredi pour la BEA.

Les gens du voyage ont proposé à M. Nause de payer pour l'utilisation de la place. Le conseiller municipal doit négocier avec la direction de la BEA, mais il ne voit pas de marge de manoeuvre en ce sens. La Ville ne peut pas non plus mettre un autre emplacement à disposition pour le campement.

Reto Nause a cependant proposé aux nomades de s'engager pour que ceux-ci puissent exprimer leurs revendications auprès de représentants du canton. Car c'est ce dernier, et non la commune, qui est responsable de la mise à disposition d'aires d'accueil. Les deux parties se sont quittées en fin d'après-midi, sans que leurs négociations ne parviennent à un résultat.

Campement installé mardi

Les manifestants ont installé leur campement mardi dans le quartier du Wankdorf. Ils veulent attirer l'attention sur le manque d'aires d'accueil mises à leur disposition en Suisse. Une cinquantaine de mobilhomes sont stationnés, dans lesquels vivent essentiellement des familles, dont certaines avec des enfants, selon les constatations de l'ats.

Le Conseil municipal bernois (exécutif) a débattu de la question mercredi et décidé de faire évacuer le campement si le groupe ne s'en va pas de son plein gré. Jusqu'en début de soirée, l'évacuation n'avait pas encore été entreprise.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes