La ville de Zurich satisfaite des débuts des "sexboxes"

Au terme de la première nuit d'ouverture des "sexboxes", les autorités de la ville de Zurich se montrent satisfaites. Une trentaine de prostituées ont offert leurs services dans l'aire aménagée dans une ancienne zone industrielle à l'ouest de la ville. Les clients étaient également au rendez-vous.

Il faudra toutefois attendre trois mois avant de pouvoir tirer un bilan représentatif, a indiqué mardi à l'ats un porte-parole du département des affaires sociales zurichois. Une grande discrétion est nécessaire dans le domaine. Il est donc important que l'attention médiatique autour de la nouvelle zone se tasse.

Les "sexboxes" remplacent la zone de prostitution du Shilquai, au centre-ville de Zurich, interdite depuis lundi aux prostituées. Les riverains n'ont pas constaté d'incident particulier.

La situation au Sihlquai était devenue insoutenable pour les riverains. C'est pourquoi les autorités ont pris la décision de déplacer la zone de prostitution et aménagé les "sexboxes".

Les travaux ont coûté 2,1 millions de francs. Les coûts de fonctionnement s'élèvent à 700'000 francs par année. Les citoyens de la ville avaient approuvé le projet lors d'une votation en mars 2012.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes