Le Conseil fédéral se penche sur la question des gens du voyage

Un groupe de travail devrait se pencher sur la problématique des Yéniches et autres gens du voyage. Le Conseil fédéral est prêt à franchir ce pas. Il s'agira entre autres de régler la question des aires de séjour et de transit.

Le gouvernement est disposé à instituer un groupe de travail placé sous la direction du Département fédéral de l'intérieur, comme le réclament Silva Semadeni (PS/GR) et Aline Trede (Verts/BE) dans des motions. La composition et le mode de travail de cet organe restent à déterminer.

Des entretiens se déroulent déjà avec des organisations yéniches et des gens du voyage, précise le Conseil fédéral dans sa réponse. Plus que la problématique de la protection des minorités nationales, il met en avant celle des aires de séjour et de transit.

Le Conseil fédéral estime qu'il n'y a pas lieu de modifier la loi sur l'encouragement de la culture. Le soutien aux gens du voyage s'applique indifféremment à toutes les minorités relevant de ce groupe en Suisse (Yéniches, Sinti, Manouches) et aux groupes sédentaires de ces minorités.

Effort communs

La création d'aires de séjour et de transit est une tâche qui concerne aussi bien la Confédération que les cantons et les communes. Chaque échelon doit fournir une contribution pour qu'à l'avenir, plus de sites puissent être mis à disposition, estime le gouvernement.

Il est également important de prendre en compte les préoccupations de la population sédentaire, précise le Conseil fédéral en réponse à une interpellation d'Ueli Leuenberger (Verts/GE).

Plus de moyens

Le gouvernement avait déjà fait part en mai de sa volonté d'insuffler une nouvelle dynamique à la question de la création d'aires de séjour et de transit. Dans son projet de programme d'encouragement à la culture, il souhaite doubler le crédit pour les nomades, à trois millions sur quatre ans.

Les récents problèmes rencontrés par les Yéniches à Nidau (BE) ont illustré une nouvelle fois la difficulté des gens du voyage à trouver des emplacements. Les solutions pour accéder à des terrains militaires désaffectés échouent trop souvent devant la volonté populaire des communes.

En ratifiant en 1995 la Convention du Conseil de l'Europe pour la protection des minorités nationales, la Suisse a reconnu les gens du voyage comme minorité nationale. La langue yéniche est également admise comme langue minoritaire en Suisse.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes