Le Conseil fédéral tient à utiliser des logiciels-espions

Le Conseil fédéral tient à utiliser des logiciels-espions pour surveiller la téléphonie mobile et le trafic internet en vue d'élucider des crimes graves. Face aux critiques, il a toutefois décidé mercredi que leur recours devrait être restreint.Fustigé l'an passé en consultation, le projet de révision de la loi sur la surveillance de la correspondance par poste et télécommunication va être revu. Pas question toutefois de priver les autorités pénales de recours à des programmes spéciaux pour intercepter des données cryptées transmises via des programmes comme Skype ou par courriel. /SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes