Le Gripen passe le cap de la commission compétente du National

Sursis pour le Gripen: la commission de la politique de sécurité du National soutient l'achat de 22 avions de combat suédois pour 3,126 milliards. Mais elle n'a refusé qu'à une seule voix l'idée de renvoyer sa copie au Conseil fédéral pour qu'il revienne avec d'autres options d'acquisition. La proposition est issue des rangs radicaux. Le plénum se prononcera le 11 septembre.

Depuis le début des discussions sur le Gripen, des voix se sont élevées, surtout à droite, pour réclamer que l'on se penche sur les nouvelles offres faites entre-temps par les candidats recalés EADS et ses Eurofighter, ainsi que Dassault et ses Rafale.

Par 12 voix contre 11 et 2 abstentions, la commission n'a pas suivi la proposition de Walter Müller (PLR/SG) d'étudier ces alternatives.

Pour la majorité, il n'y a pas grand-chose à espérer de ce côté-là et la Suisse perdrait de son crédit en revenant sur les engagements déjà pris, a indiqué la présidente de la commission Chantal Galladé mardi devant la presse à Winterthour (ZH). La minorité estime en revanche qu'au vu des questions encore ouvertes, le jeu en vaut la chandelle.

Garanties jugées suffisantes

En avril, la commission du National était déjà entrée en matière sur l'achat de Gripen par 16 voix contre 9, tout en posant une série de nouvelles exigences. Celles-ci n'ont pas toutes été remplies. Les réponses apportées par le ministre de la défense Ueli Maurer ont néanmoins suffi à rallier une majorité (14 voix contre 9 en 2 abstentions). C'est une question de confiance, a commenté Chantal Galladé.

La majorité s'est notamment satisfaite de l'acompte d'un milliard de francs que devra payer la Suisse à la Suède, soit une part de 40%, bien supérieure à la limite de 15% fixée par la commission en avril. Mais c'est nettement mieux que les 67% initialement réclamés par la Suède, a fait valoir Hugues Hiltpold (PLR/GE).

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus