Le Marché-Concours de Saignelégier, une fête "belle et rebelle"

Avec Bâle-Ville invité d'honneur dans le Jura, l'après-votation du 9 février a ravi la vedette au cheval dimanche au Marché-Concours de Saignelégier (JU), le temps des discours du moins. Employeurs de frontaliers par excellence, les deux cantons en ont appelé à la Confédération.

Cela tombait bien puisque son président Didier Burkhalter était présent. Pour la 11e fois consécutive, le Marché-Concours pouvait se targuer de bénéficier de la présence d'un conseiller fédéral.

A l’heure des officialités, l’excellent feeling entre le Jura et Bâle-Ville est clairement apparu. Vantant les complémentarités des deux régions, mais aussi leur destin commun, leurs présidents respectifs, Charles Juillard et Guy Morin, sont revenus sur la votation du 9 février, rappelant l’importance des travailleurs frontaliers pour les deux cantons.

Nouveau vote

Charles Juillard a affirmé qu’une nouvelle votation sur les relations entre la Suisse et l’Europe est "l’option qui apparaît comme la plus responsable. Elle en appellera à la responsabilité du peuple suisse, qui sera placé au pied du mur".

Et le ministre jurassien d’ajouter qu'en cas de contingents, il faudra adopter une approche fédéraliste dans leur définition et leur répartition. Un vœu partagé par son homologue bâlois.

Didier Burkhalter a entendu, mais n’a pas répondu de suite. Il s'est contenté de souligner l’identité jurassienne que porte le Marché-Concours, "révélatrice de plusieurs talents qui sont autant de forces de la Suisse : le terroir, le travail et l’ouverture".

A l'image de la région

Dans les Franches-Montagnes, le terroir est beau à couper le souffle et donne tout son sens à la liberté chère aux Jurassiens, a déclaré le conseiller fédéral, qui venait pour la première fois au Marché-Concours.

M. Burkhalter n’a pu rester pour le cortège et les courses. Il devait rapidement traverser la Suisse pour lancer un projet humanitaire dans le cadre du festival de cinéma de Locarno. Non sans souhaiter en prenant congé "que la fête soit belle et rebelle, à l'image de la région".

La 111e édition de la fête du cheval a enregistré une des plus faibles affluences des dernières décennies, avec 42'000 visiteurs, selon les organisateurs. La pluie de la nuit et de la veille a dissuadé une partie du public de venir, malgré le soleil de dimanche.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes