Le compromis sur le trafic aérien difficile à avaler

L'accord sur le trafic aérien de l'aéroport de Zurich a été accepté par le Conseil national jeudi par 110 voix contre 66, à la suite de la Chambre des cantons. Avec ce vote positif, une étape supplémentaire pour régler le différend sur le bruit des avions a été franchie.

Le compromis a cependant été difficile à avaler pour les parlementaires. "L'accord est mauvais", a admis Martin Bäumle (PVL/ZH), "mais le rejeter ne nous permettra pas d'obtenir mieux".

Bien au contraire, a renchéri Olivier Français (PLR/VD) au nom de la commission. Si l'accord est suspendu, l'Allemagne risque de prendre de nouvelles mesures unilatérales plus sévères encore.

Par ailleurs, le développement de l'aéroport de Zurich risque d'être limité en cas de rejet, alors qu'il est très important pour l'économie nationale, a-t-il ajouté. Un avis largement partagé dans le camp bourgeois, même s'il grince des dents.

Tentatives de blocage

La gauche et l'UDC ont de leur côté tenté de geler le projet, en suspendant son examen ou en le revoyant en commission, jusqu'à ce que la répartition des nuisances sonores en Suisse ait été réglée.

Auteure de la proposition de suspension, Natalie Rickli (UDC/ZH) a expliqué que son parti n'était pas a priori contre l'accord. "Mais les citoyens ont le droit de savoir quelles en seront les conséquences", a-t-elle ajouté.

En suspens en Allemagne aussi

En Allemagne, l'accord est bloqué depuis novembre en raison de la forte opposition du Bade-Würtemberg, qui juge le texte très mauvais.

La Suisse et l'Allemagne ont signé l'accord en septembre 2012. Le texte doit mettre fin à un contentieux vieux de 29 ans.

Le compromis prévoit que les avions survolent la Suisse le soir trois heures plus tôt qu'actuellement. En contrepartie, l'Allemagne accepte les vols une demi-heure plus tôt le matin.

Un tiers par la Suisse

Les approches sur l'axe passant au-dessus du territoire du Sud de l'Allemagne sont autorisés de 06h30 à 18h00 les jours ouvrables. Le week-end et les jours fériés, elles ne sont admises que de 09h00 à 18h00. En fin de compte, deux tiers des approches auront lieu par l'Allemagne et un tiers par la Suisse.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes