Le crash en Ukraine ouvre aussi une opportunité (Thomas Greminger)

Le crash de l'avion malaisien dans une zone contrôlée par les rebelles à l'est de l'Ukraine permet des "contacts directs" avec les séparatistes et ouvre une "fenêtre d'opportunité". Selon l'ambassadeur suisse Thomas Greminger, président du Conseil de l'OSCE, il faut en profiter pour négocier un cessez-le-feu à large échelle.

"Nous n'avions plus de contacts directs depuis le 27 juin avec les séparatistes et ceux-ci se sont réactivés jeudi soir", affirme Thomas Greminger, interviewé par le "Matin Dimanche" et la "SonntagsZeitung". De l'avis de l'ambassadeur, c'est l'occasion "de négocier un cessez-le-feu plus large que celui qui ne couvre que la zone du crash".

Le mandat de l'OSCE devait s'interrompre le 20 septembre, rappelle M. Greminger. "Or nous avons réussi à le prolonger de six mois", une décision qui reste sous procédure de silence jusqu'à mardi, poursuit-il.

Selon l'ambassadeur suisse, la nouvelle échéance permettra à l'OSCE d'augmenter le nombre de ses observateurs de 260 à 500 s'il y a un cessez-le-feu. "Dès lundi, nous continuerons les discussions sur la possibilité de placer des observateurs du côté russe, à des postes frontière", annonce-t-il également.

Concernant les opérations sur le site du crash, Thomas Greminger déplore qu'il y ait "beaucoup trop de monde" sur place: "rebelles et journalistes sont sur les lieux, et bientôt ce sont toutes les délégations étrangères et les familles qui vont arriver".

A cause du manque de matériel à Donetsk, il semblerait que les corps devraient à l'avenir être amenés à Marioupol, ajoute-t-il, précisant que l'OSCE n'a pas obtenu des rebelles les enregistrements des boîtes noires de l'appareil.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes