Le gouvernement envisage de se doter d'un jet Pilatus

Le Conseil fédéral pourrait bientôt voler dans un jet d'affaires de l'entreprise suisse Pilatus à la place du Cessna en service depuis douze ans. Il a en tout cas chargé mercredi le ministre de la défense Ueli Maurer de poursuivre l'examen de cet achat. Les coûts pourraient avoisiner 10 millions de francs.

La Confédération dispose de deux avions d'affaires qui peuvent être régulièrement utilisés pour des vols de service. Le Cessna Citation 560 Excel, de faible autonomie, commence à prendre de l'âge. Il devra impérativement être mis à jour sur le plan technique pour répondre aux nouvelles prescriptions concernant la navigation aérienne, selon le Département de la défense (DDPS).

Plutôt que d'investir environ des millions dans cet appareil au cours des prochaines années, Ueli Maurer en aimerait un nouveau. Il vise l'achat d'un Pilatus PC-24, un avion dont les premiers vols sont prévus d'ici l'an prochain. Les premiers exemplaires devraient être livrés vers 2017.

"De plus amples informations seront communiquées durant l'été", s'est contenté de signaler le DDPS. Certains médias alémaniques soupçonnent le ministre de la défense de préparer un "coup" pour le 1er août.

Le Conseil fédéral dispose d'un autre avion d'affaires depuis juin 2013. Il s'agit de l'ancien jet du gouvernement monégasque. Acheté pour 35 millions de francs, le Falcon 900EX du prince Albert II a remplacé l'actuel Falcon 50 vieux de 32 ans. Avec une portée de 8100 km, il permet les vols transatlantiques et peut accueillir 8 'VIP'.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes