Les Lausannois ne veulent pas d'une tour de 87 mètres à Beaulieu

Taoua ne sera pas construite. Les Lausannois ont refusé dimanche à 51,9% des voix la construction de la tour de 87 mètres sur le site de Beaulieu. Partisans comme opposants veulent remettre l'ouvrage sur le métier de manière plus concertée cette fois. L'exploitant du site souhaite un nouveau projet le plus vite possible.

Par 16'296 voix contre 15'094 , les Lausannois ont fini par dire "non" à la tour Taoua de 27 étages qui a divisé, voire enflammé, les esprits durant la campagne référendaire. La participation s'est élevée à 37,4%.

Située très près du centre-ville, la tour devait compléter la relance du site de Beaulieu dans lequel des millions ont déjà été investis. Pour les adversaires du projet, Taoua relevait du non-sens urbanistique, économique et écologique.

Claque pour l'exécutif

Les Verts, l'UDC, La Gauche, le collectif Beau-Lieu et le Mouvement de défense de Lausanne (MDL) ont milité contre Taoua. Le projet était soutenu par la municipalité ainsi que par les partis socialiste et libéral-radical.

"Je regrette ce résultat pour notre projet qui était bon, mais le peuple a tranché", a déclaré Daniel Brélaz. Il est "exclu" de revenir dans un avenir proche avec une initiative semblable.

Pas de plan B

"On constate que les opposants à Taoua ne contestent pas l'avenir du site de Beaulieu. Nous n'avons pas de plan B pour la suite. Nous allons nous concerter avec toutes les parties. Nous sommes très ouverts, totalement zen", a affirmé le syndic vert de Lausanne.

Taoua devait être une tour multifonctions, avec 90 appartements, les deux tiers vendus en PPE et le reste proposé à des loyers contrôlés et accessibles. Outre des bureaux, deux hôtels étaient prévus ainsi que la venue de l'Ecole de santé de La Source. La création de 250 emplois au total était annoncée par les partisans de Taoua.

Pas contre le dynamisme

Le développement de la ville "n'est pas remis en cause" par ce vote sur Taoua. "C'est un rejet spécifique, celui de la tour Taoua de Beaulieu, pas du dynamisme lausannois", a affirmé Grégoire Junod, municipal socialiste, responsable du logement et de la sécurité.

/ATS


Actualisé le