Les cheminots manifestent, la réforme ferroviaire à l'Assemblée

En grève depuis une semaine contre la réforme ferroviaire du gouvernement, une partie des cheminots français ont manifesté mardi matin près de l'Assemblée nationale avant l'examen du texte. Ils n'excluent pas de poursuivre la mobilisation jusqu'à la fin de la semaine, malgré l'impopularité de la grève.

Les parlementaires doivent entamer dans l'après-midi l'examen du texte de loi qui vise à stabiliser la dette de 44 milliards d'euros du secteur ferroviaire et à préparer son ouverture totale à la concurrence. La réforme prévoit de regrouper dans une holding publique la SNCF et la société Réseau ferré de France (RFF), qui gère le réseau. L'examen doit durer toute la semaine.

Face à ce projet, qui a reçu le soutien de syndicats minoritaires, la CGT, leader à la SNCF, et SUD-Rail maintiennent la pression malgré une érosion continue du taux de participation au conflit, qui est d'ores et déjà le plus long qu'ait connu la SNCF depuis 2010.

Revendications "hors sujet"

Des rassemblements étaient prévus dans la matinée à Paris et dans toute la France "pour exiger une autre réforme et l'ouverture de négociations", alors que le gouvernement a exclu toute marche arrière.

Alors que la grève a déjà coûté entre 80 et 100 millions d'euros à la SNCF, selon son président Guillaume Pepy, le gouvernement mise sur l'essoufflement du mouvement et la division syndicale. Le taux de grévistes est tombé lundi à 14,08%, contre 27,64% il y une semaine, a indiqué la direction de l'entreprise.

Et le conflit devient impopulaire à en croire un sondage Harris Interactive publié mardi par Le Parisien et montrant que 76% des Français condamnent le mouvement.

Trafic perturbé

La grève a provoqué d'importantes perturbations du trafic ferroviaire, sur les grandes lignes mais aussi en région parisienne. Mardi, le trafic devrait continuer à s'améliorer, notamment sur les lignes régionales et en région parisienne selon les prévisions de la SNCF.

Sur les grandes lignes, 60% des TGV devraient circuler en moyenne. A l'international, la circulation sera normale vers l'Allemagne, mais seulement un TGV sur deux circulera vers l'Italie et un sur trois vers l'Espagne.

Quant à la Suisse, 26 des 37 liaisons TGV entre la Confédération et Paris étaient maintenues, selon les CFF. Les trois TGV entre Genève et le sud de la France ont été supprimés, tout comme les trains régionaux TER pour le territoire français.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus