Les cours de natation sont obligatoires pour une jeune musulmane

Une jeune musulmane devra suivre les cours de natation d'une école d'Aarau. Le Tribunal fédéral (TF) déboute l'adolescente et ses parents qui s'opposaient à la fréquentation de ces cours dispensés aux filles par un maître-nageur.Une nouvelle fois, le TF rapelle que l'obligation de participer à des cours de natation ne constitue pas une atteinte inadmissible à la liberté de croyance et de religion. L'importance accordée à l'intégration revêt la priorité.Agée de 14 ans, la jeune fille porte un "burkini" lorsqu'elle est à la piscine, une tenue qui couvre le corps et qui est acceptée par l'école. Bien que les cours ne soient pas mixtes, ses parents estimaient que leurs convictions chiites n'étaient pas respectées en raison de la présence d'un maître-nageur.De plus, ils craignaient que d'autres hommes puissent l'observer par la fenêtre pendant les cours de natation. Enfin, ils expliquaient que leur fille sait déjà nager. Elle a fréquenté un cours de natation privé pour jeunes filles musulmanes.Vision "idéalisée"Le TF rejette ces griefs et relève notamment que la jeune fille n'est pas à l'abri du regard d'autres hommes lorsqu'elle se trouve sur le chemin de l'école ou fait de la gymnastique."On peut attendre des parents et de leur fille qu'ils renoncent à une vision idéalisée de l'enseignement de la natation et se confrontent à la réalité sociale qui prévaut ici", conclut le TF.La Haute cour rappelle encore que les leçons de natation obligatoires à l'école favorisent l'intégration. Tel n'est pas le cas des cours exclusivement dispensés aux jeunes filles musulmanes. /SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes