Les détenus de la Pâquerette à Genève allaient voir des prostituées

Les détenus du centre de sociothérapie de La Pâquerette à Genève allaient voir des prostituées lors de leurs sorties accompagnées. Cette pratique révélée vendredi par le quotidien "20 minutes" a été confirmée sur la RTS par Christian Antonietti, président de l'Union du personnel du corps de police (UPCP).

"Ce n'était pas quelque chose de fondamentalement tabou, on a eu l'occasion d'en discuter assez régulièrement", a indiqué M.Antonietti au "12:45" de la RTS. Les détails de l'encadrement de ces sorties accordées aux détenus ne sont pas connus.

Remis en question après le meurtre d'Adeline, une sociothérapeute qui accompagnait un détenu lors d'une sortie, le centre La Pâquerette a été fermé au début de l'année. Suite à ce drame, le centre de resocialisation pour criminels dangereux avait été placé dans le giron du Département de la sécurité (DSE) et les sorties des détenus avaient été supprimées dans la foulée.

Conclusions attendues

Le porte-parole du DSE renvoie ainsi au Département de la santé dont dépendait précédemment La Pâquerette. Ce dernier ne fait aucun commentaire sur les révélations de "20 minutes" et rappelle que les conclusions du rapport de Bernard Ziegler mandaté par le Conseil d'Etat sur cette affaire seront rendues publiques mercredi prochain.

Même son de cloche du côté des Hôpitaux universitaires de Genève auxquelles était directement rattachée La Pâquerette. La porte-parole des HUG souligne aussi qu'une enquête administrative est en cours. Ses conclusions sont attendues d'ici avril.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes