Les nouveaux distributeurs de billets armés contre le "skimming"

Les CFF ont mis en service mercredi en gare de Berne le premier distributeur de billets de la nouvelle génération. Ces appareils offrent une meilleure protection contre le "skimming". Environ un millier d'automates seront remplacés d'ici 2015, pour près de 40 millions de francs.

D'autres distributeurs suivront en décembre en gare de Thoune (BE), à titre expérimental comme à Berne. Ce nouveau modèle, nommé ePOS ("electronic Point of Sale"), est plus performant, affirment les CFF dans un communiqué. Ses coûts de maintenance et d'entretien sont moins élevés que ceux des distributeurs en service actuellement.

Equipé d'un écran plus grand de 15 pouces, ce nouvel appareil peut rendre la monnaie jusqu'à 100 francs. Il accepte désormais aussi les billets de 200 francs.

Son lecteur RFID (identification par radiofréquence) permet un paiement par carte de crédit sans contact, donc plus rapide. Le clavier renfoncé protège contre les regards indiscrets. A l'instar du lecteur de cartes enfichables, il renforce la protection contre le "skimming", qui consiste à pirater l'appareil afin de lire les données des cartes introduites par les clients, soulignent les CFF.

Douze ans minimum

Dans un premier temps, le logiciel des distributeurs de billets restera le même. Il sera adapté et harmonisé dans l'ensemble de la branche des transports publics à partir de 2017.

Le distributeur ePOS satisfait aux directives de la loi sur les handicapés qui entre en vigueur de le 1er janvier 2024. Il a une durée de vie de douze ans au minimum.

Chaque année, les usagers du rail se procurent 55 millions de billets auprès des 1400 distributeurs. Environ 62% de toutes les ventes des CFF sont effectuées via ces automates.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes