Les paysans produisent de nouveau trop de lait

La production laitière repart à la hausse en Suisse. En janvier, elle a en effet augmenté de 4,5% par rapport au même mois en 2013, et la tendance s'est confirmée jusqu'en mars, selon l'Interprofession du lait (IP Lait). L'organisation appelle les acteurs du marché à faire face à cette surproduction.

Pour les mois de février et de mars, aucun chiffre n'est définitif, mais la tendance est également à la hausse, écrit IP Lait dans un communiqué. "La situation est inquiétante", a affirmé à l'ats Stefan Kohler, directeur de l'organisation.

Les agriculteurs suisses avaient en effet mieux maîtrisé la production de produits laitiers en 2013, qui s'était stabilisée à la baisse. Dans le même temps, la chute des prix payés aux producteurs était enrayée. Les producteurs de lait doivent donc prendre des mesures conformes au marché segmenté afin de contrer cette surproduction, estime l'organisation.

"Cela serait grave si la surproduction perdure jusqu'en automne", a estimé M. Kohler. Le prix actuel du lait du segment A, à 71 centimes le litre, n'a pas été aussi élevé depuis longtemps, a-t-il encore indiqué.

89% de lait protégé

En 2013, 89% du lait produit en Suisse a été écoulé dans le segment A, celui du lait transformé en produits destinés au marché indigène protégé ou au marché soutenu à l'étranger, en fromage par exemple. A la satisfaction d'IP Lait, qui rappelle que le segment A reste protégé contre les prix inférieurs pratiqués dans le segment B.

IP Lait avait mis en place en 2011 un système de segmentation du marché afin de réduire la pression sur les prix: le segment A, avec un prix indicatif; le segment B, avec un prix ouvert; et le C, principalement le lait transformé en poudre ou en beurre, et exporté. La force obligatoire de cette mesure, décrétée par le Conseil fédéral, est entrée en vigueur le 1er juillet 2013 et court jusqu'au 30 juin 2015.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus