Leur abandon a des répercussions sur le paysage et l'eau

L'abandon des pâturages alpestres par les agriculteurs a d'importantes incidences sur le paysage, l'eau et la production d'électricité. C'est la conclusion d'une étude du Fonds national suisse (FNS) réalisée dans la vallée d'Urseren (UR). Une race ancienne de mouton ouvre une voie prometteuse.L'agriculture se retire de plus en plus des Alpes, constate le FNS. Les zones agricoles cultivées se transforment en friches et en buissons. C'est ce qui s'est passé dans la vallée d'Urseren où le nombre d'exploitations agricoles est passé de 100 à 30 en 60 ans. /SERVICE


Actualisé le

 

Articles les plus lus