Meurtre aux TPG: le procureur réclame 17 ans de prison

Le procureur général du canton de Genève Olivier Jornot a requis mercredi une peine de 17 ans de prison pour assassinat à l'encontre de l'ex-employé des Transports publics genevois (TPG) qui avait abattu son chef de deux balles en 2011. Robert Assaël, l'avocat de l'accusé, a pour sa part plaidé le meurtre, insistant sur le rôle joué dans ce drame par le mauvais climat de travail.

Le prévenu a commencé sa dégringolade en 2008, une année noire au cours de laquelle il perd son père et un fils, né grand prématuré, a expliqué M. Assaël. L'employé des TPG se met à boire et devient un être "fatigué, fragilisé et vulnérable". A ces épreuves s'ajoutent des difficultés professionnelles.

L'accusé, qui était à l'époque responsable du service des lignes aériennes au sein de la régie semi-publique, est rabaissé, ne sent plus la confiance de sa hiérarchie et est traité de mauvais chef. On lui reproche son alcoolisme et on le met à l'épreuve pendant toute l'année 2010.

Haine envers son supérieur

Lors de son réquisitoire, mercredi matin, le procureur Olivier Jornot a donné une lecture totalement différente de l'affaire. Il a parlé "d'une exécution froide et professionnelle" commise pour un motif "d'une futilité absolue".

L'accusé cultivait une haine contre son supérieur français, car celui-ci menaçait ses privilèges, a relevé M. Jornot. Sa haine l'a fait vivre et il a tué pour exister, a poursuivi le magistrat.

Pour lui, l'accusé n'a nullement été la cible d'un harcèlement de la part de son chef et de sa hiérarchie en général. L'entreprise pour laquelle il travaillait a tout fait pour lui garder une place. Le prévenu avait pourtant abandonné son poste sans donner de nouvelles plusieurs mois avant le drame.

L'accusé a soigneusement mûri et planifié son acte. Il s'est renseigné auprès d'un armurier sur les modalités pour acquérir une arme, a ensuite acheté un pistolet, puis une moto, pour pouvoir s'enfuir rapidement après son crime. Le Tribunal criminel de Genève rendra son jugement vendredi.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes