Mort des abeilles: le Conseil des Etats veut un plan d'action

Des mesures doivent être prises pour enrayer la mort des abeilles, sans forcément passer par l'interdiction de produits phytosanitaires. Répondant à l'appel des apiculteurs, le Conseil des Etats a transmis tacitement mardi une motion du National.

Le texte réclame d'ici fin 2015 des stratégies et des mesures appropriées, sur une base scientifique. Les effets des produits phytosanitaires doivent être étudiés via des essais en plein champ et selon les pratiques agricoles.

Ces substances peuvent être utiles et ne doivent pas être interdites arbitrairement, a noté Didier Berberat (PS/NE) au nom de la commission.

Produits interdits

S'alignant sur l'Union européenne, le Conseil fédéral a édicté un moratoire de deux ans sur les néonicotinoïdes clothianidine, imidaclopride et thiaméthoxame, présents dans des pesticides commercialisés par le groupe bâlois Syngenta et l'Allemand Bayer.

Ces entreprises ont contesté en justice la décision de la Commission européenne de suspendre l'utilisation du thiaméthoxam, estimant que le lien entre la molécule et le déclin des abeilles a été établi à tort.

Pollinisation importante

Du côté des agriculteurs suisses, tributaires des abeilles pour la pollinisation des cultures de fruits, de légumes ou de colza, on prône une approche globale plutôt que des interdictions précipitées. Cela pourrait encourager le recours à d’autres produits aux effets néfastes.

Outre les pesticides, les autres facteurs de risque pour les abeilles sont le parasite varroa, d'autres pathogènes, le manque de médicaments vétérinaires, le manque d'habitats et de nourriture ainsi que le changement climatique.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes