Nomination d'un directeur ad interim au SAPEM

Sous le feu des critiques après le meurtre d'Adeline, le service de l'application des peines et mesures (SAPEM) de Genève dispose d'un nouveau directeur ad interim. Joël Lubicz a été nommé mercredi à ce poste par le conseiller d'Etat Pierre Maudet. Il remplace l'actuelle directrice, qui fait l'objet d'une procédure administrative et qui a été libérée, pour cette raison, de son obligation de travailler.

M. Lubicz est juriste au SAPEM depuis 2007, a précisé le Département de la sécurité (DS) dans un communiqué. Il sera notamment chargé de mettre sur pied "sans délai" une unité spécialisée étudiant les cas de tous les criminels dangereux qui ont été condamnés à des peines de prison ou à des mesures institutionnelles.

Départ à l'OCD

Le département a également annoncé le départ pour raison de santé de la directrice générale de l'office cantonal de la détention (OCD) Sandra Favre de Oliveira. Cette dernière, en arrêt-maladie depuis le début de la semaine, quittera ses fonctions le 31 décembre prochain. Le canton s'active pour lui trouver rapidement un successeur.

Selon le DS, la démission de la patronne de l'OCD "n'est aucunement liée au drame de La Pâquerette ni au premier rapport y relatif, présenté mercredi dernier". Pendant l'absence de Mme Favre de Oliveira et en attendant son remplaçant, la direction de l'OCD est assurée par Bruno Giovanola, secrétaire général du DS.

Changements à La Pâquerette

Des changements ont aussi eu lieu à La Pâquerette, le centre de réinsertion des criminels dangereux où travaillait Adeline. Lundi, le conseil d'administration des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) a confirmé la suspension de la directrice de l'établissement et nommé provisoirement son adjoint pour diriger l'unité.

Il a également décidé de l'ouverture d'une enquête administrative à l'encontre de la directrice de La Pâquerette. Les investigations porteront sur le fonctionnement du centre thérapeutique et ses rapports avec la hiérarchie de l'Hôpital. La personne chargée de conduire l'enquête n'était pas encore connue mercredi.

/SERVICE


Actualisé le