Nyon (VD): gardiens de prison acquittés

Le Tribunal correctionnel de Nyon a acquitté jeudi sept gardiens de prison. Ces quatre hommes et trois femmes étaient accusés d'avoir roué de coups une détenue en 2009 à la prison de La Tuilière à Lonay (VD). La plaignante a annoncé qu'elle fera appel de ce jugement.

Les juges n'ont été "nullement convaincus" par la version de la plaignante. Celle-ci, une femme de 54 ans, purge une peine de 15 ans de réclusion pour instigation à l'assassinat de son mari.

Selon les juges, plusieurs éléments impliquent que la version de la femme n'est "pas crédible". Ils ont notamment tenu compte du fait que ses explications ont varié à plusieurs reprises en cours d'enquête, et "peinent à imaginer le mobile" qui aurait pu pousser les gardiens à frapper la détenue.

Le jugement tient aussi compte de la personnalité de la détenue, notamment de sa tendance à la manipulation, ainsi que de son comportement en prison, où elle "ne cesse de se poser en victime et d'entrer en conflit avec le personnel". Le tribunal considère enfin qu'il est "parfaitement plausible qu'elle se soit infligée elle-même les lésions constatées".

Cellule d’isolement

Le 18 juillet 2009, la plaignante, une ressortissante dominicaine, avait été retirée de l’espace commun et placée dans sa cellule. Se sentant injustement traitée, elle s'était mise à pleurer et à crier très fort. Plusieurs gardiens l’avaient alors menottée et placée en cellule d’isolement.

Selon elle, certains d’entre eux l’auraient alors mise à terre. Le surveillant sous-chef aurait ensuite appuyé son pied sur la joue droite pour la maintenir au sol. Les agents lui auraient ensuite porté plusieurs coups violents au niveau des bras, du ventre et des côtes.

Les agents ont toujours affirmé qu'ils n'ont jamais frappé la plaignante. Ils disent l’avoir placée au cachot "pour la protéger", parce qu’elle se mettait en danger par son agitation extrême. Le procureur, après avoir classé l'affaire, avait été contraint par le Tribunal cantonal de la porter devant le tribunal correctionnel.

/ATS


Actualisé le