OSCE: guerre des mots entre les ministres russe et ukrainien

Au second jour du Conseil ministériel de l'OSCE, les ministres russe et ukrainien des Affaires étrangères ont occupé le terrain médiatique pour faire valoir leurs points de vue respectifs sur la crise en Ukraine. Les deux fronts n'ont pas bougé, et la rencontre de Bâle ne produira pas de déclaration commune à ce sujet.

Alors que l'OSCE adopte toutes ses déclarations par consensus, la proposition de déclaration commune sur l'Ukraine a échoué à cause des Russes, a affirmé lors d'un point de presse improvisé Pavlo Klimkin, chef de la diplomatie ukrainienne. Il s'est toutefois félicité du large soutien et de la solidarité reçus lors de ce Conseil de l'Organisation pour la coopération et la sécurité en Europe (OSCE).

Peu après, Sergueï Lavrov s'est à son tour prêté, longuement, aux questions lors d'une conférence de presse très suivie. Le ministre russe a réaffirmé que la Russie ne voulait qu'oeuvrer à la désescalade et qu'elle souhaitait, elle aussi, la mise en oeuvre pleine et entière des accords de Minsk sur un cessez-le-feu dans l'Est ukrainien.

Il a accusé les Etats-Unis et ses alliés de tenter de rejeter la faute sur Moscou. "C'est une erreur, cela ne marchera pas", a-t-il martelé.

"Tout le monde m'a parlé gentiment"

Interrogé s'il s'était senti isolé pendant ce sommet, alors que la plupart des autres ministres faisaient des déclarations contre son pays, M. Lavrov a eu un trait d'humour: "Je me suis senti très bien", a-t-il dit en riant.

"Tout le monde m'a parlé gentiment. J'ai eu une vingtaine rencontres bilatérales sur sept heures. C'est plutôt un excès de communication!".

M. Lavrov a aussi souligné le bon travail de la Suisse à la présidence de l'OSCE, une présidence "qui a tout fait" pour trouver des solutions dans la crise ukrainienne.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus