Offshore Leaks: cas illégaux à démontrer, selon un expert

L'utilisation d'une structure offshore n'a en soi rien d'illégal, indique Carlo Lombardini, avocat à Genève et chargé de cours sur le droit bancaire à l'Université de Lausanne. Selon lui, c'est à l'autorité compétente de prouver le délit éventuel.Depuis les récents événements de fuite de documents, les banques font plus attention, note encore Carlo Lombardini, dans une interview accordée aux quotidiens "24 Heures" et "Tribune de Genève". Ce sont les fiduciaires, selon lui, qui sont davantage la cible désormais d'opérations de soustraction de données. /SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes