Pollution: les entreprises lorgnent vers Etats-Unis et Suisse

Hong Kong suffoque dans un nuage de pollution qui fait tousser les milieux d'affaires. Ces derniers sont inquiets de voir la mégapole financière perdre son statut et sa matière grise au profit de concurrentes plus "propres", comme les Etats-Unis ou la Suisse.

"Pas mal de gens sont déjà partis" à cause de la pollution, assure James Middleton, président de l'association Clear the Air qui mène la guerre aux véhicules "sales" dont les rejets enveloppent Hong Kong d'une brume mortifère.

L'ancienne colonie britannique publie depuis le 30 décembre des mesures de pollution atmosphérique plus précises, compilées dans un nouvel Indice sanitaire de qualité de l'air (AQHI). En dix jours, les niveaux de pollution n'ont pas quitté la zone d'alerte et atteint à quatre reprises le plus haut degré de dangerosité qui recommande à la population de limiter les sorties à l'extérieur.

De nombreux Hongkongais ont fait part de leur inquiétude sur Twitter ou Facebook depuis la publication de l'indice. Les associations écologistes espèrent elles qu'il va contraindre les autorités, accusées de laxisme, à prendre le problème à bras-le-corps.

Normes plus strictes

L'indice mesure les niveaux de concentration de plusieurs particules polluantes et les compare avec les admissions hospitalières pour troubles respiratoires et cardiovasculaires. Il "va certainement pousser le gouvernement à faire quelque chose", estime ainsi le responsable de l'ONG Clean Air Network, Kwong Sum-yin.

Le chef de l'exécutif hongkongais, Leung Chun-ying, s'est engagé à faire de la lutte contre la pollution de l'air une priorité de son mandat quinquennal. Le gouvernement prévoit le remplacement de plus de 80'000 véhicules diesel entre 2014 et 2019 et des normes environnementales plus strictes pour les navires qui visitent le port de Hong Kong, l'un des plus fréquentés au monde.

Trop lent

Un programme de remplacement des pots catalytiques sur 20'000 véhicules supplémentaires, essentiellement des taxis, a démarré en octobre afin de réduire les émissions d'oxyde d'azote.

Le sujet touche au portefeuille: Hong Kong a perdu son leadership mondial au classement 2013 des villes les plus compétitives, dressé par l'International Institute for Management Development de Lausanne. Elle s'est fait dépasser par les États-Unis et la Suisse.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus