Pour Burkhalter, le rôle pacificateur de l'OSCE est important

Didier Burkhalter a lancé jeudi à Vienne l'année présidentielle helvétique de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) devant son Comité permanent. Il a rappelé que durant son mandat, placé sous la devise "Construire une communauté de sécurité au service des individus", la Suisse entend jouer un rôle de pont entre l'Est et l'Ouest.

"On observe des signes annonciateurs de divergences entre l'Est et l'Ouest", a déclaré le président de la Confédération. "La paix en Europe ne doit pas être considérée comme une évidence", l'OSCE est "importante et offre des occasions, elle est appelée à jouer un rôle fondamental en tant que plate-forme de dialogue", a-t-il complété.

"La question est de savoir si nous avons la volonté politique d'utiliser tout son potentiel", a-t-il encore affirmé à l'occasion de son premier voyage de l'année en Autriche. L'OSCE ne peut obtenir de résultats que si les Etats sont prêts à coopérer et à accepter des compromis, a-t-il estimé.

Le président de la Confédération a énoncé les priorités de la Suisse aux représentants des 57 Etats membres. Elle vise la promotion de la sécurité et de la stabilité, l'amélioration des conditions de vie des individus ainsi que le renforcement de la capacité d'action de l'organisation.

Balkans et Caucase

La Suisse souhaite contribuer à la résolution des conflits, notamment dans les Balkans occidentaux et le Caucase du Sud. Elle soutient par ailleurs des efforts visant à garantir plus de transparence ainsi que des réformes touchant les forces de sécurité.

La Confédération veut aussi contribuer à ce que tous les Etats membres s'acquittent pleinement de leurs engagements en matière de protection des droits humains, a-t-il souligné. Elle souhaite enfin renforcer la capacité d'action de l'organisation, pour qu'elle puisse réagir plus rapidement et efficacement aux crises.

Le chef du Département fédéral des affaires étrangères prévoit de rencontrer vendredi matin le président autrichien Heinz Fischer. Dans l'après-midi, le conseiller fédéral doit s'entretenir avec le ministre autrichien des finances, Michael Spindelegger, et le chef de la diplomatie Sebastian Kurz, a indiqué son porte-parole Tilman Renz.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes