Santésuisse veut faire passer les cantons à la caisse

Les cantons doivent participer aux coûts des traitements ambulatoires comme ils le font dans le domaine stationnaire, soit à hauteur de 55%. C'est la proposition faite à Berne par la faîtière des assureurs maladie santésuisse, dix jours après le rejet par le peuple de la caisse unique.

Actuellement, même des interventions médicales complexes sont réalisées de plus en plus fréquemment en ambulatoire et les patients rentrent chez eux le jour même, a relevé Verena Nold, directrice de santésuisse, devant la presse. Il y a quelques années encore, les patients étaient hospitalisés pendant plusieurs jours et les caisses maladie prenaient au maximum 50% de ces frais à leur charge.

Etant donné que les cantons ne participent pas aux coûts des traitements ambulatoires, ce sont les payeurs de primes qui paient le transfert des traitements du secteur stationnaire au secteur ambulatoire. C’est l’une des principales causes de la hausse des primes, parallèlement au renchérissement "normal", a souligné Mme Nold.

Financement identique

Pour santésuisse, "un financement identique des traitements ambulatoires et stationnaires est indispensable". "A moyen terme, les cantons ne pourront pas se défausser et devront également participer aux coûts ambulatoires", a insisté Verena Nold. Toute autre solution pénaliserait trop lourdement les payeurs de primes. Une motion dans ce sens a, d'ailleurs, été déposée au Parlement.

Actuellement, les traitements ambulatoires à l'hôpital et chez les médecins sont financés à 100% par les primes. Les traitements stationnaires sont financés à 45% par les primes et à 55% par les cantons.

Mme Nold a également critiqué "le rôle multiple des cantons", à la fois responsables de la planification hospitalière, de la promotion économique, "juges de touche" et propriétaires d'hôpitaux. Enfin, santésuisse suggère d'assouplir l'obligation de contracter pour les nouveaux médecins dans les cantons ayant un forte densité de praticiens.

Proposition prématurée

Pour les cantons, la proposition de santésuisse est "prématurée", a indiqué à l'ats le secrétaire central de la Conférence des directeurs cantonaux de la santé (CDS) Michael Jordi.

Les cantons ont estimé à un milliard de francs par an la facture d'un tel report des charges. Et évidemment, s'ils paient plus, ils vont vouloir piloter plus, note M. Jordi.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus