Sélection de titres de la presse dominicale par l'ats

Voici la sélection par l'ats de sujets saillants de la presse dominicale. Ceux-ci n'ont pas fait l'objet d'une confirmation à la rédaction de l'agence.

"Le Matin Dimanche":

Le ministre UDC Ueli Maurer a déposé deux rapports lors de la dernière séance du Conseil fédéral, exigeant que la Suisse résilie la Convention européenne des droits de l'homme. La réunion s'est déroulée sans éclat, mais avec "beaucoup de soupirs et de têtes qui levaient les yeux au ciel", affirme une source. "Les conseillers fédéraux ont été étonnés et ébranlés, mais ont vite compris qu'il s'agissait d'un coup politique", ajoute la source. Le but de la manoeuvre était d'organiser une fuite dans la presse pour "satisfaire" l'UDC, lâche le vice-président du PLR, Christian Lüscher.

"NZZ am Sonntag":

Soixante-deux pour cent des Suisses approuvent la réforme des retraites présentée mercredi par le ministre de l'intérieur Alain Berset, révèle un sondage de l'institut GfS Berne. Le taux de soutien au projet du socialiste monte jusqu'à 70% parmi les sympathisants du PS, des Verts, des Verts'libéraux et du PBD. Il atteint encore 60% chez les adhérents du PDC et du PLR, alors qu'il n'est plus que de 51% parmi les UDC. La hausse de l'âge de la retraite des femmes de 64 à 65 ans est acceptée par 62% des sondés et également par une majorité de femmes. Les Suisses se montrent cependant moins convaincus (53% de oui) par une augmentation de la TVA pour financer l'AVS.

"Le Matin Dimanche"/"SonntagsZeitung":

Le Mittelland suisse est devenu eurosceptique, montre une analyse du géographe Michael Hermann de l'université de Zurich, qui a comparé les résultats des votations sur l'immigration entre 2000 et 2005 à celle de février 2014. Un indice d'ouverture indique qu'entre 2005 et 2014, la crainte des étrangers s'est profondément enracinée dans cette région par rapport à la moyenne suisse. Les régions de la Broye, du Seeland et de Schaffhouse sont particulièrement touchées par le phénomène. En Suisse centrale, au Tessin et dans les régions alpines, traditionnellement plus opposés à l'immigration, l'indice a au contraire baissé.

"NZZ am Sonntag":

Le ministère public de la Confédération a classé la procédure pénale ouverte, contre de l'ancien chef de la Banque nationale suisse Philipp Hildebrand, pour violation du secret professionnel et de la confidentialité. L'ex-banquier central était suspecté d'avoir révélé le rôle joué par l'ancien conseiller fédéral Christoph Blocher dans la dénonciation des opérations financières effectuées par l'épouse de M. Hildebrand.

"Le Matin Dimanche"/"SonntagsZeitung":

La commission fédérale d'experts pour la sécurité biologique exige que la production alimentaire suisse soit totalement exempte d'antibiotiques. Elle entend ainsi prévenir la propagation des germes résistants aux antibiotiques. Ces superbactéries, estime la commission dans son dernier document stratégique, représentent "la plus grande menace biologique pour la santé de la population suisse". Elle préconise l'introduction d'une étiquette spéciale pour la production de viande sans antibiotique et des subventions à de telles filières.

"Le Matin Dimanche":

Le chef de la base logistique de l'armée, le divisionnaire Daniel Baumgartner, a ordonné au début de l'année qu'"à l'avenir, tous les chiens de service de l'armée suisse devront être issus d'élevages suisses". Le premier canidé 100% suisse devrait bientôt rejoindre la place d'armes de Sand, près de Berne, où sont logés les quelque 300 chiens de l'armée suisse. Ces derniers provenaient auparavant d'élevages belges ou français. Ils sont formés pour intervenir en cas de catastrophe, pour protéger les aéroports militaires, les ambassades ou détecter des explosifs ou de la drogue.

"Schweiz am Sonntag":

Les billets de train entre deux destinations suisses sont moins chers lorsqu'ils sont achetés à la boutique en ligne des chemins de fer français SNCF. Alors qu'un titre de transport entre Zurich et Genève est facturé 84 francs par les CFF, il ne coûte que 77 francs en passant par la SNCF. Pour les CFF, la différence de prix s'explique par le fait que la société française ne prend pas en compte la TVA suisse. Une porte-parole de la SNCF affirme, elle, qu'elle est due aux effets de change.

"Ostschweiz am Sonntag":

L'initiative populaire visant à augmenter la vitesse de 120 à 140 km/h sur les autoroutes suisses a déjà récolté 37'000 signatures six mois après son lancement. Les initiants, soutenus par les jeunes UDC, ont jusqu'au 20 novembre 2015 pour déposer les 100'000 signatures nécessaires. Une autre initiative, du parti des automobilistes, voulant faire passer la limite à 130 km/h et lancée en 2013, a quant à elle échoué. Après 18 mois, seuls 80'000 paraphes ont été réunis.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus