Elue avec brio, Simmonetta Sommaruga plaide la concordance

Simonetta Sommaruga présidera la Confédération en 2015. La socialiste bernoise de 54 ans, qui succède au libéral-radical Didier Burkhalter, a été brillamment élue mercredi par l'Assemblée fédérale. Durant son année présidentielle, elle veut renforcer la concordance et faire avancer le dossier des bilatérales.

Forte de la confiance exprimée par le Parlement, et qui l'a émue, la ministre de justice et police compte bien utiliser son année présidentielle pour faire avancer les discussions avec l'Union européenne sur le dossier de la libre circulation des personnes. "En tant que présidente, d'autres portes s'ouvrent à moi. Je vais pouvoir utiliser ces contacts", a-t-elle dit devant la presse.

Et la socialiste, qui émaillera son agenda de rencontres avec la population, de plaider la concordance. Elle compte appliquer ces principes à ses collègues en premier lieu. "Chacun doit travailler dur et être prêt à faire des compromis afin de trouver de nouvelles solutions aux problèmes."

Un été chaud

La Suisse se trouve au seuil d'une année électorale, avait auparavant rappelé la nouvelle présidente dans son allocution devant le Parlement, Chambres réunies. "L'été sera chaud, l'automne sera encore plus chaud", a-t-elle prédit.

Des dossiers importants figurent à l'agenda politique, comme l'énergie, la prévoyance vieillesse, l'application de l'initiative sur l'immigration, le positionnement de la place financière suisse ou les relations avec l'Union européenne.

Pour affronter ces défis, il faut un gouvernement qui travaille d'arrache-pied pour obtenir des solutions, un Parlement où les uns vont vers les autres, même dans des positions opposées, et des citoyens qui se forgent une opinion sur des questions complexes, a souligné Simonetta Sommaruga.

Pianiste de formation, la Bernoise a comparé la démocratie directe à un jeu d'ensemble, "avec un septuor, un orchestre de 246 élus et un choeur de deux millions et demi de votants".

Très bon score

L'Assemblée fédérale a élu la ministre de la justice et de la police par 181 voix sur 210 bulletins valables. Le libéral-radical Johann Schneider-Ammann a obtenu 13 voix, le socialiste Alain Berset 10 et 6 bulletins ont porté le nom de personnalités diverses.

La socialiste fait un très bon score. Elle est l'une des mieux élues de la dernière décennie. Seuls Pascal Couchepin en 2007, Hans-Rudolf Merz en 2008 et Didier Burkhalter en 2013, tous libéraux-radicaux, ont obtenu un meilleur résultat.

Trio socialiste

"Prima inter pares" dès le 1er janvier au sein du Conseil fédéral, Simonetta Sommaruga assure à son parti une visibilité accrue en année électorale. Un phénomène amplifié par les élections du Valaisan Stéphane Rossini à la tête du National et du Jurassien Claude Hêche à celle du Conseil des Etats.

Pour la première fois de l'histoire, le PS cumule trois présidences. Rayon résultats, il faut remonter à la première présidence de la Confédération de Moritz Leuenberger (2001) et à celle de Pierre Aubert (1987) pour voir des socialistes afficher des scores supérieurs.

Cinquième femme

Simonetta Sommaruga est la cinquième femme à présider la Confédération après Ruth Dreifuss (1999), Micheline Calmy-Rey (2007 et 2011), Doris Leuthard (2010) et Eveline Widmer-Schlumpf (2012). Elle les surclasse toutes par son score. Micheline Calmy-Rey a réalisé la plus mauvaise élection (106 voix) pour sa deuxième présidence et Eveline Widmer-Schlumpf la meilleure (174 voix).

Avec la socialiste, le canton de Berne est représenté pour la 24e fois à la présidence de la Confédération. Le dernier Bernois à ce poste a été l'UDC Samuel Schmid en 2005. Tous les autres étaient UDC ou PLR.

Simonetta Sommaruga, qui fêtera sa présidence le 11 décembre dans sa commune de Köniz (BE), a été élue au Conseil fédéral en 2010. Elle a succédé au Zurichois Moritz Leuenberger.

A l'issue d'une rocade entre ministres qui a fortement déplu à son parti, cette politicienne engagée dans la défense des consommateurs et sans formation de juriste s'est retrouvée propulsée à la tête du Département fédéral de justice et police. Avant son accession au gouvernement, la Bernoise a été conseillère nationale de 1999 à 2003 puis conseillère aux Etats pendant près de sept ans.

Schneider-Ammann vice-président

Johann Schneider-Ammann sera quant à lui vice-président du Conseil fédéral l'an prochain. L'Assemblée fédérale a élu le ministre de l'économie par 173 voix sur 195 bulletins valables. Doris Leuthard a été préférée par 13 parlementaires alors que 9 bulletins portaient des noms divers. Le libéral-radical bernois de 62 ans est entré au gouvernement en même temps que Simonetta Sommaruga.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes