Une comité bourgeois considère le Gripen inutile à l'heure actuelle

L'achat des avions de combat Gripen n'est pas combattu uniquement par la gauche et les anti-militaristes: certains milieux de droite, emmenés par le parti Vert'libéral, le voient également d'un oeil critique. Et les femmes PDC se mobilisent aussi contre le nouveau jet.

Selon le comité libéral "Non au Gripen", la flotte actuelle est suffisante pour assumer les tâches de police du ciel et contrer les scénarios de menaces, a expliqué jeudi devant la presse à Berne Babette Sigg Frank, présidente des femmes PDC.

Le Gripen n'est pas seulement inutile, mais aussi beaucoup trop cher. Il coûte plus de 3 milliards à l'achat, à quoi s'ajoutent des dépenses d'entretien et d'exploitation sur des années. Au total, l'avion de combat engloutira près de 10 milliards de francs, a expliqué Mme Sigg Frank.

Le conseiller national Roland Fischer (PVL/LU) est lui aussi convaincu que les Forces aériennes peuvent se passer du Gripen. Le comité libéral "Non au Gripen" soutient une Suisse sûre et une armée bien dotée, mais pour cela, pas besoin du nouveau jet suédois.

La probabilité d'un conflit aérien conventionnel est aujourd'hui infime et pour les missions de police du ciel, les 32 F/A-18 suffisent. A l'inverse, il existe des lacunes dans la défense contre d'autres menaces, comme les missiles de croisière ou les fusées. Des organisations terroristes pourraient déjà posséder ce genre d'armes, a averti Roland Fischer.

Conception obsolète

Pour la conseillère nationale Maja Ingold (PEV/ZH) non plus, le Gripen ne sert à rien contre les menaces actuelles. Le débat parlementaire l'a montré, puisqu'il n'a fait que tourner autour des concepts de guerre traditionnelle, aujourd'hui dépassés.

A quoi servent des avions de combat qui volent quelques heures par jour - aux heures de bureau - dans le ciel helvétique, s'est demandé Jacques Neirynck (PDC/VD). Le récent détournement d'un avion d'Ethiopian Airlines vers Genève a démontré que la sécurité de l'espace aérien ne peut être garantie qu'en collaboration avec les pays voisins.

Au Parlement, les partis bourgeois - à l'exception des Vert'libéraux - se sont prononcés majoritairement en faveur de l'achat des 22 Gripen du suédois Saab pour 3,1 milliards de francs.

Le Groupement pour une Suisse sans armée (GSsA), les partis et organisations de gauche ainsi que les Vert'libéraux ont lancé le référendum. Le 18 juin, le peuple ne votera pas sur le Gripen lui-même, mais sur le mécanisme de financement.

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus