Une flopée d'initiatives lancées en 2014

Les droits populaires ont été abondamment utilisés en 2014. Douze initiatives ont été lancées, soit trois de plus que l'année dernière. L'utilisation de cet outil par les partis et mouvements, qui ont 18 mois pour récolter les 100'000 signatures nécessaires, est typique d'une année préélectorale.

Les partis et organisations cherchent à occuper le terrain et à attirer l'attention des médias et des citoyens. En 2010, un an avant les dernières élections fédérales, 15 initiatives populaires avaient été lancées en Suisse.

Un phénomène qui s'observe d'autant plus en période électorale. En 2011, il y en avait carrément 23. Pour 2015, les partis affûtent déjà leurs armes; l'UDC annonce le lancement d'un texte contre les "juges étrangers" et le Parti socialiste un autre, intitulé "un enfant, une allocation".

Lettres mortes

Parmi ces textes, beaucoup risquent en revanche de rester lettre morte. Il y a quatre ans, la moitié d'entre elles n'avait pas abouti, faute d'un nombre suffisant de paraphes.

Cette année, cinq initiatives ont été remises à la Chancellerie fédérale: celle intitulée "vache à lait" du lobby routier, l'initiative "stop à la spéculation" sur les matières premières agricoles et les denrées alimentaires des Jeunes socialistes, celle sur la "sécurité alimentaire" de l'Union suisse des paysans (USP), ainsi que le texte qui veut ancrer le secret bancaire dans la constitution, proposé par les partis bourgeois.

Concernant l'initiative "Réparation de l'injustice faite aux enfants placés", déposé peu avant Noël, la Chancellerie fédérale n'a pas encore confirmé que le nombre de signatures nécessaires avait été atteint. Idem pour le texte de l'USP, dont les signatures ont été récoltées en un temps record de trois mois.

Du souci pour nos assiettes

Cette année, la question des produits alimentaires est fortement thématisée. En tout, quatre initiatives traitent de ce sujet.

Mère de l'initiative pour l'internement à vie des délinquants dangereux, Anita Chaaban est quant à elle revenue avec deux textes visant à durcir encore le régime carcéral.

Enfin, arrive l'initiative visant à supprimer la redevance radio-TV et celle visant à permettre aux Suisses de se prononcer à nouveau sur le sort des bilatérales après le "oui" à l'initiative contre l'immigration de masse l'UDC le 9 février dernier.

11% de chances

Le peuple s'est prononcé sur neuf initiatives cette année: le dernier record remonte à 2000 (11). Deux d'entre elles ont été acceptées, une première dans l'histoire suisse: la première sur l'immigration de masse et la seconde sur l'interdiction pour les pédophiles de travailler avec des enfants. En moyenne, les chances de succès d'une initiative devant les citoyens est de 11%.

/ATS


Actualisé le