Valais: vote sur un salaire minimum et les soins de longue durée

Deux objets cantonaux seront soumis aux Valaisans le 18 mai: une initiative pour un salaire minimum de 3500 francs et la loi cantonale sur les soins de longue durée. Si le premier provoque de vifs débats, le second est peu controversé dans le Valais romand.

L'initiative valaisanne pour un salaire minimum a été lancée par La Gauche valaisanne en 2008 déjà. Elle prévoit le versement d'un montant de 3500 francs brut treize fois l'an (ou 3800 francs douze fois l'an) pour un travail à plein temps.

Selon le comité d'initiative, plus de 20'000 travailleurs sont concernés dans le canton. Un "oui" dans les urnes le 18 mai devrait leur permettre "de vivre décemment et de ne pas tomber à l'aide sociale".

L'initiative valaisanne se veut plus souple que la version fédérale (4000 francs par mois pour 42 heures hebdomadaires). Ses auteurs disent l'avoir conçue "sur mesure" pour le canton. Pour des secteurs en difficulté, comme l'agriculture, le texte prévoit un salaire minimum possible de 3000 francs.

Soins de longue durée

Le 18 mai, les Valaisans se prononceront également sur la loi cantonale sur les soins de longue durée. Un référendum contre le texte a été lancé en 2011 par la gauche et les milieux syndicaux haut-valaisans. Il a récolté 3627 signatures, dont seulement 300 provenant du Valais romand.

Les référendaires contestent notamment une disposition de la loi qui prévoit que les résidents de homes au bénéfice d'une fortune nette imposable supérieure ou égale à 100'000 francs devront prendre en charge entre 5 et 20% des frais des soins prodigués. Selon eux, il s'agit d'une charge "antisociale et irresponsable".

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes