Appel aux banques contre les spéculations sur les aliments

Pain pour le prochain et Action de Carême demandent aux banques suisses d'abandonner les spéculations sur les aliments. Ces placements, pratiqués par dix établissements helvétiques, ont des répercussions sur les prix des produits agricoles, au détriment des plus démunis, dénoncent les deux ONG.

Les banques suisses proposaient à fin juin des investissements dans les produits agricoles d'une valeur totale de 3,6 milliards de francs, ont indiqué Pain pour le prochain et Action de Carême mardi. Credit Suisse est le premier prestataire de ce type de fonds, avec un volume de 2,4 milliards de francs, selon les calculs des deux organisations.

Suivent la banque privée J. Safra Sarasin et UBS, avec des actifs gérés représentant 340 millions de francs chacune. La Banque cantonale vaudoise, ainsi que les banques genevoises Pictet et Lombard Odier & Cie font aussi partie des dix établissements épinglés.

Leurs produits financiers portent sur le blé, le maïs, le sucre et d'autres denrées alimentaires, ce qui exacerbe les variations de prix sur les marchés, expliquent les deux ONG. La hausse des prix en Bourse entraîne un renchérissement des prix des aliments dans les magasins, ce qui lèse les plus pauvres.

Credit Suisse se justifie

Credit Suisse rejette les accusations portées par les deux organisations. Le numéro deux bancaire helvétique indique ne pas proposer de produits propres en relation avec les matières premières agricoles.

Les quelques placements, ne contenant que des investissements dans les denrées alimentaires, ne seront plus prolongés et seront supprimés du marché, a précisé à l'ATS un porte-parole de la banque. Cette décision avait été annoncée en avril dernier.

Credit Suisse n'adhère pas non plus aux chiffres présentés par les deux ONG. La banque rappelle aussi que les effets de ces investissements sur les variations de prix sont controversés et les points de vue des économistes sur la question divergent.

/SERVICE


Actualisé le

 

Articles les plus lus