Axpo va supprimer quelque 300 emplois sur trois ans

Confronté à des marchés difficiles, des revenus en baisse et des marges sous pression, Axpo va supprimer quelque 300 emplois supplémentaires ces trois prochaines années. Le groupe énergétique zurichois a vu son bénéfice net semestriel dégringoler de 17% au regard des six premiers mois de l'exercice précédent à 502 millions de francs.

Au niveau opérationnel, le résultat avant intérêts et impôts (EBIT) est passé de 720 à 545 millions, alors que le groupe avait bénéficié d'un gain unique de 100 millions en 2012/13.

En supprimant 300 emplois sur trois ans, Axpo, qui employait encore 4355 personnes à plein temps au 30 septembre 2013, entend maintenir sa capacité en terme de rentabilité. La société avait pour mémoire biffé 62 postes en Suisse lors de l'exercice achevé à cette date, après en avoir tracé 110 sur la période 2011/12.

Evoquant la nouvelle réduction d'effectif, Axpo ne précise pas les les secteurs et sites touchés. Contacté par l'ats, le groupe contrôlé par les cantons du Nord Ouest de la Suisse et dont la société holding est basée à Baden, dans le canton d'Argovie, n'exclut pas de prononcer des licenciements.

Plan social prévu

Axpo note avoir déjà préparé un plan social pour les collaborateurs concernés. L'entreprise ajoute cependant vouloir créer des emplois dans les domaines offrant un potentiel de croissance.

A l'image de son concurrent Alpiq et de l'ensemble du secteur énergétique, Axpo doit faire face depuis quelques années aux baisses des prix de l'électricité sur les marchés. Après avoir souffert de la crise de la dette en Europe, le groupe évoque aussi une distorsion de concurrence du fait de l'existence de subventions étatiques à la production.

Restructuration chez Alpiq aussi

Au plan domestique, le franc fort, les changements réglementaires et stratégiques ont conduit le groupe à entamer une restructuration au début 2012. En proie à des difficultés financières et à un fort endettement, Alpiq en fait de même en décidant aussi de se concentrer sur les énergies renouvelables, notamment.

Le numéro un suisse de l'électricité a mis en oeuvre à fin janvier une nouvelle restructuration annoncée l'été passé. Tout en poursuivant les cessions d'actifs, Alpiq souhaite de son côté supprimer 200 emplois, dont 170 en Suisse, sur les 7845 qu'il totalisait à fin décembre 2013. A fin mars, il employait 7814 salariés.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes