Banques: nouveau record des créances douteuses en juin à 11,61%

Les créances douteuses des banques espagnoles ont bondi vers un nouveau record en juin, à 11,61% du total. Ces chiffres, publiés lundi, reflètent la fragilité persistante du secteur malgré le sauvetage européen.

Ces créances, surtout présentes dans l'immobilier (crédit de promoteurs et de particuliers risquant de ne pas être remboursés), ont atteint 176,42 milliards d'euros en juin, soit six milliards de plus qu'en mai (11,2% du total), a annoncé la Banque d'Espagne.

Indice de la vulnérabilité des banques, les créances douteuses ont commencé à grimper dans le bilan de tous les établissements financiers du pays après l'éclatement de la bulle immobilière en 2008. Elles ont désormais dépassé le précédent record atteint en novembre dernier (11,37%, chiffre révisé).

Première baisse grâce à la "mauvaise banque"

Fortement fragilisé par son exposition à l'immobilier, le secteur bancaire bénéficie d'un plan d'aide européen accordé en juin 2012, dont 41,3 milliards d'euros ont été versés. Dans le cadre de ce sauvetage, l'Espagne a créé une structure de défaisance, ou "mauvaise banque", baptisée "Sareb".

Pour la première fois en 17 mois, le taux et le montant des créances douteuses avaient baissé en décembre après le transfert des actifs toxiques des quatre banques nationalisées vers la Sareb. Mais il est depuis reparti à la hausse.

Si l'Espagne bénéficie d'une nette accalmie sur les marchés par rapport aux conditions extrêmement difficiles rencontrées il y a un an, avec notamment une réduction notable de ses coûts de financement, tant le Fonds monétaire international (FMI) que la Commission européenne ont rappelé en juillet le contexte économique délicat pour le pays, plongé dans la récession depuis mi-2011.

Risques toujours élevés

"Les risques pour l'économie et par conséquent sur le secteur financier restent élevés", avait mis en garde le FMI dans un rapport publié à la mi-juillet. La quatrième économie de la zone euro doit en effet encore corriger un certain nombre de déséquilibres, via un assainissement budgétaire, une baisse encore plus marquée des prix des logements et une diminution de la dette privée.

Le taux de chômage, qui atteignait 26,26% de la population active au deuxième trimestre, inquiétait notamment la Commission.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus