GDF Suez a conclu un contrat pour vendre du gaz à l'Ukraine

Le groupe gazier français GDF Suez a conclu un accord pour fournir du gaz à l'Ukraine, a indiqué son vice-président dans un entretien. L'Ukraine est actuellement privée du gaz russe.

"Nous avons signé très récemment un accord commercial avec des sociétés ukrainiennes", a déclaré Jean-François Cirelli au journal russe "Vedomosti".

"Ce gaz est acheté sur le marché européen et livré à la frontière entre la Hongrie et l'Ukraine", a-t-il ajouté, précisant qu'il s'agissait de volumes "très limités". Il a refusé de s'exprimer sur le prix de vente à Kiev.

Perturbations

La Russie, qui assure en général la majorité de la consommation ukrainienne, a coupé mi-juin ses livraisons à son voisin, qui refuse de régler une dette gazière de plusieurs milliards de dollars. Kiev exige en préalable une baisse du prix imposé par Moscou, actuellement un des plus élevé appliqué en Europe.

L'impasse dans les négociations entre les deux pays fait craindre une perturbation dès l'automne des livraisons de gaz russe vers l'Europe, dont près de la moitié transite par le territoire ukrainien. "Si une solution n'est pas trouvée, on peut dire que l'hiver ne se passera pas sans difficulté", a estimé M. Cirelli.

Pour couvrir sa consommation, Kiev tente de mettre en place des approvisionnements à partir des pays européens et a déjà conclu des accords avec l'allemand RWE. Le groupe russe Gazprom ne cesse de dénoncer ces livraisons dites "à flux inversés" car il estime que le procédé revient en réalité à vendre à Kiev du gaz russe sans même qu'il ait quitté le territoire ukrainien.

Il a menacé de réduire ses livraisons aux groupes européens qui y participeraient.

"Trop de politique"

Pour autant, M. Cirelli a assuré que GDF Suez était "hautement satisfait" de ses relations avec Gazprom et que la Russie, dans le conflit avec l'Ukraine, montrait "une volonté de trouver une solution". "Mais il y trop de politique dans cette histoire", a-t-il ajouté.

"Nous avons besoin du gaz russe. Nous en avons besoin aujourd'hui, nous en aurons besoin à moyen terme et nous en aurons besoin à long terme", a rappelé M. Cirelli.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus