Gains sensibles en 2014 pour la moitié des entreprises du SMI

Le SMI boucle l'année 2014 sur un gain de quelque 10%, soit une hausse inférieure à celle de l'exercice précédent. En 2013, les 20 actions vedettes de la Bourse suisse avaient bondi d'environ 20%.

Les investisseurs qui ont toutefois misé sur les bons titres ont engrangé de jolis bénéfices cette année. Dix des 20 actions du SMI ont gagné 5% voire plus sur un an. Cinq titres ont vu leur valeur stagner, alors que cinq actions ont essuyé des pertes supérieures à 5%.

Les personnes qui ont investi dans le secteur pharmaceutique ont de quoi se réjouir. En tête du SMI figure Actelion, dont le titre a bondi de plus de 54%. Le groupe biotechnologique bâlois a enregistré des succès considérables, comme l'introduction du médicament Opsumit voué à remplacer le médicament vedette Tracleer. La firme s'est aussi illustrée dans la recherche.

Novartis a également réalisé une bonne année. Son action a grimpé de plus de 30%. Roche, qui a acquis la société de biotechnologies américaine InterMune, termine aussi sur une note positive. Le bon de participation du groupe a enregistré une plus-value plus modérée, de quelque 8%.

Le fabricant genevois d'arômes et de parfums Givaudan a réalisé de bons rendements (+42%). Tout comme le spécialiste saint-gallois des techniques sanitaires Geberit (+26%), boosté par son offre de rachat sur son concurrent finlandais Sanitec. A côté de Novartis et Roche, le troisième poids lourd du SMI, Nestlé, a vu sa valeur grimper de plus de 12%.

Exploitation pétrolière

Les investisseurs de Swatch Group n'ont, par contre, pas eu de quoi sourire. Le numéro un mondial de l'horlogerie a perdu 24% de sa valeur. Mais les investisseurs devraient supporter à long terme cette contre-performance, car le titre du groupe biennois avait renchéri de plus d'un quart en 2013.

Transocean a essuyé la plus grande perte en 2014. La firme active dans l'exploitation pétrolière, qui possède son siège social à Zoug, a perdu plus de la moitié de sa valeur (-57%) en raison de la chute des prix du pétrole.

Des investisseurs déçus

Dépendant des marchés de l'énergie, le géant zurichois de l'électrotechnique ABB a essuyé une baisse de quelque 9% en bourse. Le cours de l'action du fabricant bâlois de semences et de pesticides Syngenta a aussi reculé de près de 10%.

Ceux qui pensaient que les actions des banques allaient renouer avec la croissance après des années d'éloignement de leur cours idéal ont été partiellement déçus. Fin décembre, l'action de Credit Suisse valait 7% de moins qu'en début d'année. UBS a terminé sur une note légèrement positive, alors que le titre Julius Baer a progressé de 7%.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes