L'austérité ne peut être la seule stratégie en Grèce, estime Obama

Le président étasunien Barack Obama a plaidé jeudi pour une politique de croissance en Grèce face au Premier ministre Antonis Samaras. Il a affirmé que l'austérité ne pouvait pas être l'unique stratégie pour sortir de la crise.

Le président américain et M. Samaras, qui se sont entretenus dans le Bureau ovale en milieu d'après-midi, ont tous deux reconnu l'importance des réformes de fond en Grèce. Ce pays est soumis à un plan d'assainissement drastique pour tenter de faire retomber un endettement qui a atteint 176% du Produit intérieur brut (PIB) cette année.

"Je fais confiance au Premier ministre Samaras pour poursuivre ces réformes structurelles", a affirmé M. Obama face aux journalistes.

L'austérité, pas une stratégie

"Nous sommes aussi d'accord sur le fait que face aux difficultés qui sont celles de la Grèce, nous ne pouvons pas considérer que l'austérité est une stratégie", a ajouté le président américain, alors que le PIB grec a fondu d'un quart en cinq ans sous l'effet de la crise.

"Il est aussi important de se concentrer sur la croissance et l'emploi, parce que l'histoire a montré que les pays en croissance et avec un haut niveau d'emploi (...) arrivent plus facilement à réduire la dette que les pays où les gens n'ont plus d'espoir", a encore dit le président américain.

Soutien américain

"Nous voulons faire en sorte que les Grecs voient une lumière au bout du tunnel", a souligné M. Obama, en disant avoir exprimé à son hôte le soutien des Etats-Unis "dans un processus difficile".

M. Samaras, tout en jurant de "faire le nécessaire" pour réformer les structures de son pays, a lui aussi évoqué l'importance "d'insister sur la croissance et la création de nouveaux emplois, particulièrement pour les jeunes", dont le taux de chômage, a-t-il rappelé, dépasse les 60%.

"Nous traversons une période très dure, les sacrifices consentis par les Grecs sont énormes mais ils ne seront pas en vain", a-t-il promis.

/SERVICE


Actualisé le