L'opposition annonce l'échec des négociations de sortie de crise

Les trois principaux partis politiques portugais ont échoué à conclure un "pacte de salut national" pour régler la crise qui secoue le pays depuis près de trois semaines. Cet échec menace de faire dérailler son programme de redressement financier.

Le chef du Parti socialiste Antonio José Seguro, qui négociait depuis une semaine avec le Parti social démocrate (PSD, centre droit) du Premier ministre Pedro Passos Coelho et son allié conservateur CDS-PP, les a rendus responsables de l'échec des négociations.

Les deux partis de la coalition gouvernementale, a-t-il déclaré, "ont rendu impossible le pacte de salut national" que le président conservateur Anibal Cavaco Silva avait demandé pour garantir le succès du plan d'aide international de 78 milliards d'euros, accordé au Portugal en mai 2011.

Le chef du parti socialiste a expliqué que la coalition au pouvoir avait refusé les propositions de sa formation, destinées à atténuer la rigueur tout en favorisant la relance et l'emploi, alors que l'économie portugaise doit reculer cette année de 2,3% et le chômage atteindre le taux record de 18,2%.

"Au cours de cette semaine, nous nous sommes battus pour que le gouvernement mette fin à sa politique d'austérité", a affirmé le secrétaire général du Parti socialiste.

M. Seguro a expliqué que deux points de vue inconciliables s'étaient affrontés au cours des négociations entamées dimanche dernier et qu'il avait préconisé de "donner un nouveau cap au Portugal car les Portugais ne supportent pas de sacrifices supplémentaires".

"Je continuerai à me battre pour une renégociation de notre programme d'ajustement" et "une position forte du Portugal" dans le cadre d'une solution globale et européenne à la crise de la dette en zone euro, a-t-il souligné.

/SERVICE


Actualisé le