LEM accroît de 20,2% son bénéfice, tiré par la Chine

Le fabricant genevois d'appareils de mesure des paramètres électriques LEM a accru son bénéfice net de 20,2% au 1er semestre 2013/14, clos fin septembre, à 24,5 millions de francs. Porté par la forte demande en Chine, il a étoffé son chiffre d'affaires de 2,2% à 126,9 millions.

Grâce à l'augmentation des ventes dans la plupart de ses secteurs, LEM a vu ses marges atteindre des niveaux records, a souligné le patron du groupe genevois François Gabella. Une performance qu'il explique par la hausse des volumes et des stocks d'une part, et la réduction des coûts d'autre part.

Les entrées d'ordres ont progressé de 3,2% à 124,3 millions de francs. Cependant, les clients ont maintenu de faibles niveaux de stocks et émis des commandes avec de très courts délais, souligne François Gabella. Une situation qui exige une "grande flexibilité", selon lui.

Au plan opérationnel, le résultat avant intérêts et impôts (EBIT) s'est amélioré de 27,4% par rapport à la même période en 2012, à 30,2 millions de francs. Le groupe, dont le siège a été transféré à Fribourg, se félicite d'avoir "rempli sa mission" en poursuivant les efforts pour renforcer son efficience.

Bond en Chine

Dans sa division Industrie, les ventes ont augmenté de 3,6% à 109,8 millions de francs d'avril à septembre 2013. Elles ont notamment bondi de 33% en Chine, portées par l'activité de moteurs et de soudage ainsi que celle de haute précision.

Le chiffre d'affaires s'est en revanche contracté en Europe et en Amérique du Nord. Sur le Vieux Continent, l'entreprise pâtit toujours des investissements ferroviaires en berne.

Les recettes du segment Automobile accusent un recul de 6,1% sur un an à 17,1 millions de francs, en dépit d'une nette reprise de l'activité voitures vertes au deuxième trimestre en Europe.

Nouvelle usine en Bulgarie

La nouvelle usine en Bulgarie a démarré début octobre et les premières livraisons ont eu lieu. En conséquence, la réduction annoncée des capacités se poursuivra comme prévu sur les sites genevois et japonais.

Fin août, la firme a annoncé le licenciement de 13 collaborateurs à Plan-les-Ouates (GE), où travaillent quelque 300 personnes.

/ATS


Actualisé le