La BNS relève à son tour ses prévisions de croissance 2013

La Banque nationale suisse (BNS) maintient le cap de sa politique monétaire à l'issue de son appréciation trimestrielle de la situation. L'institut d'émission relève à son tour ses prévisions pour l'économie helvétique, tablant désormais sur un taux de croissance du produit intérieur brut (PIB) en 2013 compris entre 1,5-2%, contre 1-1,5% auparavant.

Au second semestre, les exportations devraient reprendre grâce à l'augmentation de la demande extérieure, a communiqué jeudi la BNS. Soutenus par le secteur des services, les chiffres meilleurs que prévu au deuxième trimestre ont incité cette dernière à corriger à la hausse ses prévisions pour l'année en cours.

Jeudi, le Secrétariat d'Etat à l'économie (SECO) rehaussait également son pronostic de croissance à 1,8% pour 2013, contre 1,4% voici trois mois. Si le SECO met en avant la vigueur de la dynamique interne, il identifie également des signes dâ€TMun revirement plus positif au cours des prochains mois dans le domaine des exportations.

La banque centrale helvétique maintient par ailleurs inchangé son instrument de référence, le Libor à trois mois, dans une marge de fluctuation comprise entre 0,0 et 0,25%. Elle confirme la poursuite d'une politique de taux zéro en vigueur depuis quatre ans environ.

Même si elle estime que la situation sur les marchés financiers internationaux s'est légèrement détendue, la BNS tient au taux plancher de 1,20 franc pour un euro, en vigueur depuis le 6 septembre 2011. Elle se déclare toujours prête à acheter des devises en quantités illimitées si nécessaire pour faire prévaloir ce cours et à prendre des mesures supplémentaires en cas de besoin.

Risque d'inflation nul

Ses estimations quant à l'évolution du niveau des prix ont été révisées par rapport à juin, en raison de la hausse du prix du pétrole et d'une meilleure conjoncture. A court terme, la BNS anticipe un taux d'inflation toujours négatif de -0,2% cette année, contre -0,3% en juin. Pour 2014, ses attentes passent de 0,2 à 0,3% et restent à 0,7% pour 2015 (sur la base d'un Libor à 0%).

Sur les marchés hypothécaire et immobilier en Suisse, les déséquilibres pourraient toujours s'accentuer. En dépit d'une hausse plus faible des prix dans certains segments ainsi que des prêts hypothécaires au second semestre, la vigilance reste de mise, avertissent les banquiers centraux.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes

Articles les plus lus