La Bourse de New York clôture à de nouveaux sommets historiques

La Bourse de New York a battu de nouveaux records historiques vendredi, pour la deuxième séance consécutive. Elle reste optimiste malgré un rapport mensuel sur l'emploi et le chômage aux Etats-Unis jugé décevant.

Selon les résultats définitifs à la clôture, deux indices vedettes de Wall Street se sont hissés à de nouveaux sommets: le Dow Jones Industrial Average a avancé de 0,19% (+30,34 points) à 15'658,36 points, et l'indice élargi S&P 500 de 0,16% (+2,80 points) à 1709,67 points.

Le Nasdaq s'est quant à lui adjugé 0,38%, soit 13,85 points à 3689,59 points. L'indice à dominante technologique avait atteint la veille un plus haut en presque 13 ans.

Après avoir évolué en léger recul tout au long de la séance, les indices boursiers new-yorkais ont regagné en vigueur et se sont hissés en territoire positif peu avant la clôture du marché.

Propulsée la veille par un net regain d'optimisme sur l'économie américaine à de nouveaux zéniths, la Bourse new-yorkaise avait été freinée à l'ouverture par la sortie d'un rapport décevant les attentes d'une accélération des embauches aux Etats-Unis.

Seules 162'000 créations d'emplois ont été enregistrées en juillet contre 175'000 anticipées et 188000 en juin.

En outre, "les statistiques pour mai et juin ont été revues en baisse par rapport aux premières estimations", a noté Harm Bandholz, économiste de UniCredit Research.

Le taux de chômage a toutefois reculé à 7,4% contre 7,6% en juin, alors que les experts misaient sur une baisse plus légère, à 7,5%, s'établissant à un plus bas depuis décembre 2008.

Ces chiffres, bien que décevants, "montrent que l'économie continue de s'améliorer, mais à un rythme un peu plus lent qu'espéré", a commenté Peter Cardillo, de Rockwell Global Capital.

Wall Street misait aussi sur la poursuite d'une politique monétaire très accommodante, au vu de la progression plus chaotique que prévu du marché de l'emploi, dont la banque centrale américaine (Fed) a fait l'un de ses objectifs principaux.

Des propos tenus vendredi par l'un des dirigeants de l'institution, James Bullard, ont rassuré le marché dans ce sens: la Fed devrait attendre d'avoir davantage de données "sur la performance du deuxième semestre avant de prendre une décision" sur sa politique monétaire, a-t-il déclaré.

/SERVICE


Actualisé le

 

Actualités suivantes