La Chine ouvre son enquête anti-dumping sur les vins européens

La Chine a ouvert lundi une enquête formelle sur les conditions de production et de financement des vins produits dans l'Union européenne et commercialisés en Chine. Cette procédure marque une nouvelle étape dans le bras de fer commercial qui oppose Pékin et Bruxelles.

Après les accusations de dumping de l'UE envers la Chine, qui ont conduit au relèvement des droits de douane européens sur les panneaux solaires importés de République populaire, le gouvernement chinois reproche à l'Union de subventionner le secteur vinicole.

"Le département chinois des enquêtes va appliquer strictement les lois et les réglementations chinoises et répondre aux exigences des règles de l'Organisation mondiale du commerce concernées", a déclaré un haut fonctionnaire du ministère chinois du Commerce dans un communiqué publié sur le site internet de celui-ci.

Des responsables européens ont suggéré que la décision de la Chine de prendre pour cible les vins européens constituait une mesure de représailles liée au différend sur les panneaux solaires. La Chine est devenue en quelques années le premier importateur mondial de Bordeaux, dont sa consommation a bondi de 110% en 2011.

Le différend commercial entre Bruxelles et Pékin ne se limite désormais plus aux panneaux solaires et au vin: l'UE a ouvert la semaine dernière une enquête sur des soupçons de dumping visant la pierre reconstituée chinoise. Elle a dit envisager l'ouverture d'enquêtes sur des pratiques anti-concurrentielles présumées de fabricants d'équipements télécoms et de sidérurgistes chinois.

Les exportations de produits chinois vers l'UE ont représenté 290 milliards d'euros l'an dernier, les exportations européennes vers la Chine 144 milliards.

/SERVICE


Actualisé le