La NSA a aussi infiltré des jeux en ligne et des mondes virtuels

Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont aussi espionné les plates-formes de jeux en ligne comme "World of Warcraft". Ces pays l'ont fait par crainte de voir des extrémistes les utiliser pour planifier des attentats, a affirmé lundi le quotidien "New York Times".

Des espions créent des personnages dans ces jeux très populaires. Ils peuvent ainsi recruter des informateurs, selon le journal qui s'appuie sur des documents transmis par Edward Snowden, l'ancien consultant de l'Agence de sécurité nationale américaine (NSA), réfugié à Moscou.

"Les documents montrent que des agents du renseignement, craignant que des réseaux terroristes ou criminels n'utilisent ces jeux pour communiquer secrètement, transférer de l'argent ou planifier des attentats, ont pris position dans ces mondes peuplés d'avatars numériques qui incluent des elfes, des gnomes ou des top-modèles", note le New York Times.

"Les jeux et les mondes virtuels ouvrent de nombreuses possibilités", explique la NSA dans ces documents datés d'il y a cinq ans.

Collecter des données

"Nous savons que les terroristes utilisent les nombreuses possibilités d'Internet, comme les courriels, les chats, les proxies ou les forums, pour des opérations futures. Il est très probable qu'ils utilisent les moyens de communication offerts par les jeux et ces environnements virtuels", poursuit le rapport cité par le quotidien américain, par le qutodien britannique "The Guardian" et le site américain d'informations en ligne "ProPublica".

"Les espions ont créé des personnages pour fouiner et essayer de recruter des informateurs, tout en collectant des données et le contenu de communications entre joueurs", ajoute le rapport.

Des subterfuges

"Les militants se servent souvent de subterfuges dignes de jeux vidéos -fausses identités, voix, messageries instantanées- pour conclure des transactions financières, et les espions américains et britanniques craignent qu'ils n'opèrent dans ces jeux", reprend le quotidien.

Il cite notamment "America's Army", un jeu de tirs conçu par l'armée américaine et téléchargeable gratuitement sur son site Internet. "Ce jeu est si bon pour identifier des futurs recrues qu'il est utilisé comme exercice d'entraînement", avance le rapport. Le Hezbollah aurait créé le même type de jeu pour recruter et entraîner de futurs candidats aux attentats-suicides.

/ATS


Actualisé le

 

Actualités suivantes