La NSA affirme ne pas avoir été alertée par Edward Snowden

Le renseignement américain a publié jeudi un courriel envoyé par Edward Snowden il y a plus d'un an. Il contredit, selon l'administration Obama, l'idée que l'ancien contractuel avait tenté d'alerter sa hiérarchie sur les pratiques de la NSA.

M. Snowden, qui a obtenu l'asile en Russie après ses révélations fracassantes sur les opérations de surveillance de l'Agence nationale de sécurité, a affirmé sur la chaîne NBC qu'il avait essayé de prévenir le service juridique des agences de renseignement du caractère abusif de ce dispositif.

"J'ai respecté la voie hiérarchique, et il y en a des traces écrites", a assuré M. Snowden. "La NSA a des archives, ils ont des copies de courriels au service juridique (...) dans lesquels je m'inquiétais de l'interprétation par la NSA de son autorité".

"La réponse a été plus ou moins, dans des termes bureaucratiques: 'vous devriez arrêter de poser des questions'", a assuré l'ancien contractuel, inculpé d'espionnage aux Etats-Unis.

Précisions requises

La NSA a tenté jeudi de contrer ces affirmations en publiant sur internet une copie d'un courriel envoyé par M. Snowden au service juridique le 5 avril 2013, soit environ deux mois avant ses révélations.

Dans ce court texte, M. Snowden demande des précisions sur la valeur juridique d'un décret vis-à-vis de celle d'un texte de loi. Il s'interroge aussi sur la hiérarchie de directives du département de la Défense et de la direction du renseignement.

Le porte-parole de la Maison Blanche, Jay Carney, a remarqué que "ce courriel n'a pas soulevé de questions ou d'inquiétudes sur des actions illégales ou des abus, mais a posé une question juridique". Il a aussi affirmé que c'était le seul de ce type émanant de M. Snowden qu'avait retrouvé l'administration.

Alerte en interne

Depuis le début de l'affaire Snowden, qui a plongé le gouvernement du président Barack Obama dans l'embarras et l'a contraint à annoncer une réforme de ses pratiques en matière de surveillance, l'exécutif américain assure que M. Snowden aurait dû donner l'alerte en interne sur des pratiques posant problème à ses yeux, plutôt que de livrer des documents à la presse.

"Il y avait de nombreux moyens auxquels M. Snowden aurait pu avoir recours pour sonner l'alarme", a ajouté M. Carney lors de son point de presse quotidien. Selon lui, "les autorités compétentes ont cherché des preuves supplémentaires de prises de contact de M. Snowden dans ce genre d'affaires et n'ont jusqu'ici rien trouvé en lien avec ses affirmations".

/ATS


Actualisé le

 

Articles les plus lus